En ce moment
 

Britney Spears: cet appel inquiétant passé la veille de son témoignage

Britney Spears: cet appel inquiétant passé la veille de son témoignage
© Isopix
 
Britney Spears
 

Dans un nouveau compte rendu de la mise sous tutelle de Britney Spears pour le New Yorker, les journalistes Jia Tolentino et Rowan Farrow ont rapporté de nouveaux détails sur le combat que mène Britney Spears.

Un élément en particulier concernant la nuit précédant le témoignage de Spears le 23 juin. Selon un proche de Spears et les forces de l'ordre du comté de Ventura, la pop star a appelé le 911 pour se déclarer victime d'abus de la part de sa tutelle.

"Les appels d'urgence en Californie sont généralement accessibles au public, mais le comté, invoquant une enquête en cours, a scellé les enregistrements de l'appel de Spears", note le New Yorker.

Jia Tolentino et Rowan Farrow rapportent que les membres de l'équipe de Britney Spears avaient peur de ce qu'elle allait dire lors de son témoignage et qu'ils ont demandé que la transcription de son témoignage soit scellée.

Comme nous le savons, Spears a appelé lors de l'audience et a insisté pour que ce qu'elle avait à dire soit rendu public.

"Quelqu'un a bien réussi à exploiter ma vie", a-t-elle déclaré, ajoutant: "J'ai l'impression que l'audience devrait être publique - ils devraient écouter et entendre ce que j'ai à dire".

Lors de son témoignage, la chanteuse a été claire et directe sur ce qu'elle ressentait, indique The New Yorker.

"Les personnes qui m'ont fait ça ne devraient pas s'en sortir", a déclaré Spears. S'adressant directement au juge, elle a ajouté : "Madame, mon père, et toute personne impliquée dans cette mise sous tutelle, et ma direction, qui a joué un rôle énorme en me punissant lorsque j'ai dit non - Madame, ils devraient être en prison."

Comme le rapporte Lauren Puckett-Pope pour ELLE.com, la mise sous tutelle de Britney Spears est compliquée. Autre détail étonnant de ce témoignage, la star de 39 ans a affirmé avoir été forcée d'utiliser une contraception dont elle ne voulait pas.

"J'ai un stérilet dans mon corps en ce moment, mais je veux être enceinte. Je veux qu'on le retire pour que je puisse commencer à essayer d'avoir un autre bébé. Mais cette soi-disant équipe ne me laisse pas aller chez le médecin pour le retirer parce qu'ils ne veulent pas que j'aie d'autres enfants", a-t-elle témoigné.

L'avocat spécialisé en droit de la famille David A. Esquibias, qui représente la célébrité Amanda Bynes, a déclaré à People: "Aussi invasif que cela puisse paraître, on peut dire à une personne sous tutelle que vous devez prendre un contraceptif. L'idée est de protéger la personne sous tutelle parce qu'elle est incapable de prendre soin d'elle-même pendant la grossesse ou l'accouchement."

Coup de théâtre

Les avocats de Britney Spears doivent encore déposer une requête formelle demandant la fin de la tutelle. La dernière décision du tribunal de Los Angeles n'a pas pris en compte les récentes déclarations de la chanteuse.

Le tribunal statuait en effet sur une demande déposée en septembre par l'avocat de Britney Spears, qui souhaitait que la société de gestion de patrimoine Bessemer Trust soit ajoutée à la tutelle et que le père de la chanteuse, Jamie Spears, en soit écarté.

Bessemer Trust a bien été ajoutée à la tutelle, mais Jamie Spears n'en a pas été retiré.

La demande "de suspendre James P. Spears immédiatement après la nomination de Bessemer Trust Company of California en tant que seul tuteur des biens est rejetée", a déclaré la juge Brenda Penny, selon des documents du tribunal consultés par des médias américains.

Coup de théâtre, le Bessemer Trust a demandé jeudi à se retirer de cette tutelle, selon des documents cités par le New York Times. Sollicitée par l'AFP, la société n'avait pas réagi en début d'après-midi.


 

 




 

Vos commentaires