En ce moment
 

Fleurs, hôtels, cercueil… toutes ces factures liées aux obsèques de Johnny Hallyday envoyées à l'Élysée par Sébastien Farran

Fleurs, hôtels, cercueil… toutes ces factures liées aux obsèques de Johnny Hallyday envoyées à l'Élysée par Sébastien Farran
©ISOPIX

Dans son livre qui vient de paraître, Alexandre Benalla révèle que Laeticia aurait cherché à faire payer un certain nombre de factures à l'État français.

Alexandre Benalla, ancien adjoint au chef de cabinet d'Emmanuel Macron, vient de publier un livre intitulé Ce qu'ils ne veulent pas que je dise (Éd Plon). Il révèle notamment certaines indiscrétions de cabinet au moment des obsèques de Johnny Hallyday.

L'homme, qui avait été licencié par l'Élysée pour avoir tabassé un manifestant, fait de nombreuses révélations dans ce bouquin, destinées à éclabousser le pouvoir, mais pas seulement.

Dans des extraits relayés en primeur par le Huffington Post, Alexandre Benalla révèle que les funérailles de Johnny Hallyday ont coûté très cher.

"Nous convenons avec le manager de Johnny (NDLR Sébastien Farran) qu’il s’occupe de la partie artistique et technique de la cérémonie. Nous, à l’Élysée, du reste. Très vite, Laeticia émet le souhait d’organiser la cérémonie à l’église de la Madeleine, mais elle ne connaît pas le nom d’un prêtre susceptible d’officier. L’archevêché propose Mgr Benoist de Sinety, le vicaire général de l’archidiocèse de Paris, que je me charge d’aller récupérer à Notre-Dame et de ramener d’urgence à Marnes-la-Coquette", écrit Alexandre Benalla. Il affirme que tout a été fait pour accéder aux demandes des proches de Johnny: "La machine de l’Élysée s’est mise en branle", lance-t-il.


"La facture du cercueil agrafée à la liasse"

Et quand vient le temps des factures, l'Élysée prend la mesure des dépenses effectuées. Alexandre Benalla a eu ces documents entre les mains : "J’ouvre la chemise cartonnée. À l’intérieur, des factures transmises par le manager […] de plusieurs centaines de milliers d’euros.

Il est demandé que l'État rembourse ces factures, auxquelles sont joints les "justificatifs de dépenses" : "les factures des fleuristes, qui n’ont pas lésiné sur la commande, des notes d’hôtel pour le logement de tous les invités, ainsi que leurs notes de taxi, les frais de location de la sonorisation… Cerise sur cet étrange gâteau, la facture du cercueil est agrafée à la liasse", révèle Benalla.


"Le manager est revenu à la charge"

L'ancien proche d'Emmanuel Macron explique aussi la réponse qui a été envoyée à l'Élysée à cet envoi de factures : "On vous a effectivement dit que nous prenions en charge l’hommage national. Pas la location de matériel de sonorisation, l’achat de fleurs, sans parler du cercueil."

Enfin, Benalla raconte que Sébastien Farran a insisté avant de finalement se raviser : "Le manager est revenu à la charge une ou deux fois, puis il a abandonné. Au grand soulagement de tout le monde."

Vos commentaires