En ce moment
 

Les mercredis d'Amélie: les prouesses de Virginie Efira, le retour des Spice Girls et l'interview de Soprano

Les mercredis d'Amélie: les prouesses de Virginie Efira, le retour des Spice Girls et l'interview de Soprano

Comme chaque mercredi, Amélie Schlidt passe en revue l'actualité musique et cinéma de la semaine.

Ce mercredi, on commence avec du cinéma, avec la sortie aujourd'hui du film "Un amour impossible", l’adaptation d’un livre de Christine Angot, dans lequel elle raconte son enfance douloureuse.


Prouesse de Virginie Efira

Au départ, Rachel tombe folle amoureuse de Philippe. Elle tombe enceinte, il refuse de reconnaître l'enfant. Elle va se battre pour qu’il assume son rôle de père. C’est un film sur le rapport mère fille, sur la passion, sur la perversité aussi du personnage du père. On suit Rachel, sur plusieurs décennies, c’est l’une des prouesses de Virginie Efira. 

 
Le retour qu'on attendait plus

En musique, un retour auquel on ne croyait plus, celui des Spice Girls, qui se reforment 20 ans après leurs débuts. Au programme, une tournée de 6 dates en juin 2019, au Royaume Uni seulement. Mais qui sait, les dates s'étofferont peut-être plus tard.  

Mais ce qu'on retient aussi, c'est qu'elles seront 4 et non pas 5, puisque Victoria Beckham préfère se consacrer à sa marque de vêtements qui cartonne.

Le Spice Girls ont tourné un petit clip promotionnel façon flash info. Elles montrent qu’elles ont toujours de la voix.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Le retour de Soprano

Cette semaine, on parle aussi de la sortie du nouvel album de Soprano. Il s'appelle Phoenix et Amélie Schildt a déjà pu l'écouter.

Soprano se définit comme un rappeur-chanteur, et il y en a pour tous les goûts dans cet album. Du rap, des sons latino, des titres aussi purement chantés.

La particularité de Soprano, c’est qu’il porte énormément de messages positifs et de valeurs. Il est conscient que beaucoup de jeunes écoutent sa musique, et il se sent quelque part responsable des messages qu’il transmet. C’est ce qu’il nous a expliqué en interview. "Je me bats depuis des années pour montrer qu'un jeune des quartiers n'est pas obligé d'être violent pour réussir. Il n'est pas obligé de dénigrer la femme. J'ai une mère, j'ai une soeur, j'ai une femme, j'ai une fille, je sais ce que c'est", explique-t-il à notre journaliste. "On se doit de prendre du recul, d'avoir du respect par rapport à tout ca et de l'inculquer dans sa musique car les jeunes l'écoute."

Vos commentaires