En ce moment
 

Marlène Jobert révèle ses traumatismes d'enfance: "Je garde en moi l’humiliation d’une fessée déculottée"

Marlène Jobert révèle ses traumatismes d'enfance:

L'actrice de 71 ans révèle aujourd'hui ses blessures passées...

C'est à l'occasion de la sortie de son livre "Les baisers du soleil" que Marlène Jobert s'est confiée dans une interview à Gala. Dans cet entretien, elle parle pour la première fois de ses blessures d'enfance, lorsque son père, militaire de carrière, la rouait de coups...

Actrice, romancière et conteuse pour enfants, elle est aujourd'hui âgée de 71 ans et revient sur son passé qu'elle justifie presque par une éducation différente à cette période : "À l’époque, on n’élevait pas ses enfants, on les matait. Ce n’était pas de la maltraitance, mais ces coups étaient injustes. Aucune explication n’était possible" explique-t-elle.

"A la maison c’était discipline et droiture"

Ainée d'une fratrie de cinq enfants, elle a davantage souffert des châtiments de son père: "'Qui aime bien, châtie bien', j’étais l’aînée, il pensait sans doute qu’il fallait agir comme cela. Il venait de l’Assistance publique, était passé de famille d’accueil en famille d’accueil, n’avait eu aucun repère familial. Il a fait une carrière militaire, si bien qu’à la maison c’était discipline et droiture. Avec mes frères et sœurs, il s’est montré par la suite plus clément" poursuit-elle.

Un souvenir particulièrement humiliant

Marquée par cette enfance douloureuse, Marlène Jobert se souvient d'une punition particulièrement marquante : "Je garde encore en moi l’humiliation d’une fessée déculottée qu’il m’a administrée alors que j’étais presque une jeune fille", raconte-t-elle encore.

Cette violence et le sentiment de honte qu'elle a ressenti, elle en parle dans son nouveau livre. C’est donc via cet ouvrage que ses frères et soeurs apprendront la dure réalité qui fut la sienne durant son enfance...

Aujoud'hui, c'est notamment grâce à ses filles qu'elle s'est reconstruite. Elle a d'ailleurs voulu élever ses filles avec "beaucoup d'amour et de liberté"...


Vos commentaires