En ce moment
 

Philippe Geluck "ESTOMAQUÉ" par la polémique autour du musée du Chat: "Je me demande ce que j'ai fait de mal" (vidéo)

Philippe Geluck
© RTL INFO
 
 

Il y a quelques jours, la Région de Bruxelles-Capitale a confirmé l'octroi à la Société d'Aménagement Urbain (SAU) du permis d'urbanisme pour la construction de l'immeuble qui accueillera 'Le Chat cartoon museum" sur le site du BIP, rue Royale à Bruxelles. Mais certaines personnes ne voient pas d'un bon oeil la création de ce musée. Ils ont lancé une pétition. Philippe Geluck, créateur du Chat a réagi sur le plateau du RTL INFO avec Vous ce vendredi.

Chargée de concrétiser ce projet par le gouvernement régional bruxellois, la SAU érigera un immeuble contemporain et modulable conçu par l'architecte Pierre Hebbelinck sur une parcelle située entre le BIP et Bozar, visible depuis la place des Palais. Il accueillera Le Chat cartoon museum, imaginé par Philippe Geluck, et totalisera quelque 4.000 m2 de surfaces brutes sur 7 étages, dont 3 en sous-sol.

Philippe Geluck s'était quant à lui dit "heureux et soulagé que cette étape soit franchie". "Je suis tellement impatient de voir aboutir ce beau projet dont j'ai lancé l'idée en 2008 et d'y partager ensuite, avec le public, mon amour du dessin humoristique, de la liberté d'expression et de la culture, au sens le plus large et le plus populaire qui soit".

Une pétition contre ce projet

Mais ce projet ne plaît pas à tout le monde. Une pétition a été lancée par ses détracteurs. Ces derniers qualifient ce projet de "narcissique" et "commercial". Philippe Geluck a réagi à cette polémique sur le plateau du RTL INFO avec Vous. "Je suis un peu estomaqué par cette réaction", a dit le dessinateur. Ce dernier a précisé que ce projet est annoncé depuis 10 ans. "Il y a 6 ans, des villes en France me proposaient de faire un musée du chat et de me construire un bâtiment. Et la région de Bruxelles, apprenant ça a dit: "Non, il faut le faire à Bruxelles", ce qui, moi, était mon rêve, mais je n'avais pas de demandes à Bruxelles", a-t-il précisé avant de poursuivre: "On s'est rencontré et ils m'ont proposé d'investir cet endroit qui est un bâtiment abandonné depuis 40 ans (...) j'ai dit oui, que ça serait formidable".

Philippe Geluck pense que cette "levée de boucliers" vient d'artistes contemporains "qui considèrent que la bande dessinée n'a pas sa place sur le Mont des Arts". L'artiste précise n'avoir pris la place de personne. "La région va construire un bâtiment, qui est son bâtiment et moi, je vais être locataire".

Philippe Geluck précise qu'il ne connaît personne dans le monde politique et qu'il n'a pas bénéficié de passe-droit. Il avoue que cette polémique le rend "un peu triste". "Je me demande ce que j'ai fait de mal dans cette histoire".

La concrétisation d'un ambitieux projet culturel

La construction de ce bâtiment sera mise à profit, d'une part, pour améliorer l'accessibilité des vestiges archéologiques souterrains du parcours muséal du Palais du Coudenberg ; et, d'autre part, pour créer des espaces de stockage en sous-sol pour Bozar, avec un accès direct à sa salle Henry Le Bœuf.

Le ministre-président Rudi Vervoort s'est félicité de "cette étape importante vers la concrétisation d'un ambitieux projet culturel de la Région bruxelloise, sur un lieu chargé d'histoire, au cœur d'un quartier très prisé des Bruxellois amoureux de culture et de patrimoine, comme des visiteurs belges ou étrangers". Il voit dans le futur musée un renforcement de vitrine que constitue le site du BIP - siège officiel de la Région bruxelloise, qui accueille déjà l'exposition permanente experience.brussels, les bureaux de visit.brussels, une vaste maquette interactive du territoire régional et diverses activités ponctuelles ou régulières, dont la réunion hebdomadaire du gouvernement régional.

Le secrétaire d'Etat régional à l'Urbanisme, Pascal Smet, a quant à lui salué le fait que le CHAT cartoon museum contribuera "à renforcer l'attractivité de Bruxelles et à "mettre fin à un chancre urbain par un geste architectural contemporain osé dans un environnement historique qui permettra de valoriser le travail de Philippe Geluck, depuis longtemps un ambassadeur de Bruxelles à l'étranger".

La Société d'Aménagement Urbain (SAU) érigera l'immeuble "brut", tandis que Philippe Geluck financera l'ensemble des aménagements intérieurs du musée, avec le soutien de ses mécènes et sponsors privés. Bozar financera pour sa part les travaux nécessaires pour créer ses espaces de stockage en sous-sol.

L'ouverture est prévue en 2024.


 




 

Vos commentaires