En ce moment
 

Arrivé sous les huées, le roi Willem-Alexander consacre son discours de l'ouverture du parlement à la question du pouvoir d'achat

 
 

Le troisième mardi de septembre est la "Fête du Prince" aux Pays-Bas. Après une interruption de deux ans provoquée par la pandémie de COVID-19, les célébrations de cette année étaient à nouveau ouvertes au public. La foule comprenait des admirateurs mais aussi des manifestants, qui ont été vus tenant le drapeau néerlandais à l'envers.

Cette festivité marque l'ouverture de la saison parlementaire néerlandaise. Mais c'est aussi l'occasion pour le monarque régnant d'exposer les plans du gouvernement pour l'année à venir.

Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas a ouvert la nouvelle année parlementaire en s'adressant à la session conjointe des États généraux du pays (Sénat et Chambre des représentants) depuis son trône, où il a reconnu que le pays traverse actuellement "une période de contradictions et d'incertitude".

"Nous vivons à une époque de contradictions et d'incertitudes", a déclaré le roi Willem-Alexander. "Il est contradictoire que les moyens de subsistance soient sous pression et que la pauvreté augmente dans une période de croissance économique et de faible taux de chômage."

Il a déclaré que le gouvernement, confronté à la nécessité de restaurer le pouvoir d'achat frappé par la crise énergétique, prévoit un train de mesures "sans précédent" d'une valeur de plus de 17,2 milliards d'euros et visant principalement les ménages à revenus faibles et moyens. "Même avec un package de cette ampleur, tout le monde ne peut pas être entièrement indemnisé pour toutes les hausses de prix", a-t-il déclaré.

Certaines des mesures sont destinées à court terme et le gouvernement vise à mettre en place un plafonnement des prix de l'énergie pour permettre aux gens de continuer à payer leurs factures d'énergie, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que la réduction de la taxe sur le carburant et l'allocation énergétique se poursuivraient en 2023, et que l'allocation de soins de santé et celle de la bourse d'études de base augmenteraient au cours de l'année à venir.

"Ces mesures seront financées en partie par une contribution supplémentaire temporaire des compagnies pétrolières et gazières", a-t-il déclaré.

Le roi a appelé à "l'unité et la résilience" à une époque où "les gens perdent confiance dans le pouvoir de résolution de la politique et du gouvernement".

La princesse Amalia, présente pour la première fois

La princesse Amalia, fille du roi Willem-Alexander et destinée à être la prochaine reine, qui a eu 18 ans l'année dernière, a assisté pour la première fois aux événements de la fête du prince.

Elle a rejoint ses parents dans le carrosse en verre pour le trajet du palais de Noordeinde au théâtre royal, où le Roi a lu son discours.


(c)ISOPIX


(c)ISOPIX 

L'année a été mouvementée pour les Néerlandais, les agriculteurs organisant des manifestations répétées contre la politique du gouvernement en matière d'azote, et les manifestants étaient également présents mardi, brandissant des drapeaux inversés, qui sont devenus leur symbole.

Selon plusieurs études d'opinion, la confiance des Néerlandais dans leur gouvernement et dans le personnel politique en général est à des niveaux historiquement bas.

Selon un sondage EenVandaag, seulement 15% des 30.000 répondants ont encore confiance dans le gouvernement.

La forte inflation, la hausse des prix de l'énergie, les pénuries de logements et la colère suscitée par les plans climatiques du gouvernement ont contribué cette baisse de confiance, selon les sondages. Les Néerlandais multiplient les manifestations anti-gouvernement ces dernières semaines.

La voiture royale a été d'ailleurs accueillie par un mélange bruyant d'acclamations et de huées en cours de route.

"L'incertitude des gens quant à demain et à un avenir plus lointain grandit", a déclaré le roi, reconnaissant les inquiétudes du public concernant la baisse du pouvoir d'achat et la crise du logement.


 
 
 (c)BELGA


 

Vos commentaires