A 24 ans, un joueur de foot met fin à sa carrière, dégouté par "l’argent qui le pollue"

 
 

À 24 ans, Javi Poves, défenseur du Sporting Gijon, a décidé de quitter le monde du ballon rond. Lassé par un milieu qu'il juge pollué par l'argent, le jeune joueur a donc décidé de mettre un terme à sa carrière. C’est ce que révèle le quotidien espagnol ABC.

Vous n’êtes pas sans le savoir, mais le monde traverse de nombreuses crises depuis quelques années. Et certains footballeurs (ils sont peu…) réfléchissent sérieusement à la situation actuelle. C’est dans ce contexte que Javi Poves (24 ans) a pris une décision radicale: quitter définitivement le milieu du football et renoncer à sa carrière. Malgré son statut de professionnel et le privilège que la vie lui a accordé, le défenseur, qui ne dispose pas d’un temps de jeu élevé en Liga, se sent mal dans sa peau. Il se dit "déçu par un milieu du football où l’argent est devenu roi".

"Je ne veux pas me prostituer comme les autres"

Une décision murement réfléchie qui peut étonner plus d’un. Mais que le défenseur espagnol de 24 ans dit ne pas regretter: "Quand j’étais jeune, je jouais pour l’amour du sport, mais plus tu connais le football, plus tu te rends compte que tout n’est qu’argent, que c’est pourri, et tu perds un peu tes illusions. Le football professionnel n’est qu’une affaire d’argent et de corruption. Je ne veux pas faire partie d’un système où les gens gagnent de l’argent grâce à la mort d’autres gens, en Amérique du Sud, en Afrique ou en Asie. À quoi ça sert de gagner de l’argent si vous savez que vous le faites sur le dos de gens qui souffrent ? Je ne veux pas me prostituer comme le font 99% des gens. Ce qu’il faudrait, c’est aller brûler les banques et couper des têtes", a-t-il déclaré à la sortie du terrain d’entraînement à ABC.

La conscience tranquille, le désormais ex-défenseur de 24 ans, lecteur assidu du "Capital" de Karl Marx et de "Mein Kampf" d’Adolf Hitler durant les mises au vert, a des projets plein la tête: "aller découvrir le monde pour de vrai, en Afrique" et reprendre ses études d'histoire.




 

Vos commentaires