En ce moment
 

Fifagate: l'ex-patron du foot au Guatemala échappe à la prison

Fifagate: l'ex-patron du foot au Guatemala échappe à la prison
Le Gautémaltèque Rafael Salguero à son arrivée au tribunal fédéral de Brooklyn, à New York, le 6 décembre 2018TIMOTHY A. CLARY
sport, Fifa

Un ancien président de la Fédération guatémaltèque de football (Fedefut Guate) et ex-membre du comité exécutif de la Fifa a été condamné jeudi à une peine réduite, et échappe à la prison grâce à sa collaboration avec la justice américaine.

Interpellé aux Etats-Unis en 2015, Rafael Salguero avait ensuite disparu avant de réapparaître à l'audience, jeudi, devant un juge fédéral de Brooklyn.

Des documents déclassifiés mardi ont révélé qu'il avait plaidé coupable le 27 octobre 2016, à huis clos.

Ces documents indiquaient que le Guatémaltèque de 73 ans avait passé trois ans assigné à résidence, dans un lieu tenu secret pour sa sécurité, car il avait accepté de collaborer avec les enquêteurs.

C'est en vertu de cette "aide substantielle", selon les termes de la magistrate, que la juge Pamela Chen a accepté jeudi de ne le condamner qu'à une durée d'assignation à résidence équivalente à celle qu'il a déjà effectuée, ainsi qu'à deux ans de mise à l'épreuve.

Il est donc ressorti libre au terme de l'audience.

Les quatre chefs d'accusation desquels il a plaidé coupable (association de malfaiteurs, conspiration pour blanchir de l'argent et deux pour fraude bancaire) étaient chacun passibles de vingt ans d'emprisonnement.

Rafael Salguero devra restituer les 288.000 dollars de pots-de-vin qu'il reçus pour l'attribution de droits de retransmission de matchs, droits marketing et billets pour des rencontres de Coupe du monde.

Il a déjà reversé 168.000 dollars depuis son interpellation.

"Je suis profondément désolé pour les erreurs que j'ai commises, mais je pense qu'elles étaient le produit d'un tsunami qui a balayé le football mondial", a déclaré Rafael Salguero à l'audience.

"Un tsunami laisse entendre un manque de contrôle", lui a répondu la juge, "mais vous auriez pu dire non, vous auriez pu faire votre travail honnêtement."

"Je suis calme et heureux", a déclaré à l'AFP l'ancien dirigeant à la sortie de la salle d'audience, indiquant qu'il souhaitait retourner au Guatemala dès que possible.

L'ancien président de la Fedefut Guate est l'une des 42 personnes inculpées par la justice américaine, outre des entreprises de marketing sportif, pour un total de 92 délits et quelque 200 millions de dollars de pots-de-vin.

Il s'agit essentiellement de Latino-Américains, mais aussi d'Américains comme Chuck Blazer, témoin-clé du FBI décédé en juillet 2017.

Vos commentaires