Tour d'Italie: Arnaud Démare s'est "posé les bonnes questions"  

Tour d'Italie: Arnaud Démare s'est
Arnaud Démare vainqueur de la 11e étape du Tour d'Italie, entre Porto Sant'Elpidio et Rimini, le 14 octobre 2020Luca Bettini
 
 

Victorieux à quatre reprises depuis le départ, Arnaud Démare (Groupama-FDJ) a expliqué s'être "posé les bonnes questions" pour retrouver ses qualités d'explosivité qui en font le sprinteur numéro un du Giro, encore vainqueur de la 11e étape, mercredi à Rimini.

QUESTION: Etait-ce un sprint limpide ?

REPONSE: "Aujourd'hui, c'était un sprint parfait. On a été un peu débordés à l'entrée de la ville. Le plus dur a été fait aux 2 kilomètres quand on a remonté en bonne position. +Kono+ (Konovalovas) a fait un travail exceptionnel. Miles (Scotson) a eu un long relais pour laisser Jacopo (Guarnieri) aux 400 mètres. Après, Jacopo a fait un gros sprint et j'ai eu la lucidité de faire un sprint décollé, comme déjà deux-trois fois cette saison. Quand je lance, ça va vraiment vite ! Je veux souligner aussi le travail des jeunes, Kilian Frankiny et Simon Guglielmi. C'était chaud de rattraper l'échappée."

Q: Vous êtes-vous parlé dans les dix derniers kilomètres pour le plan tactique ?

R: "Dans les dix derniers kilomètres, on ne dit pas grand chose (sourire). Tout se passe en amont. On était peut-être mal embarqué à l'entrée de la ville mais on connaissait le final car il y a un gros travail des directeurs sportifs derrière nos résultats. Les gars arrivent à s'adapter. Ils ne se sont pas affolés, ils sont assez forts pour être lucides. On devait remonter aux deux kilomètres. Il faut aussi avoir les jambes pour le faire, ce qui est le cas. Derrière, ça va tout seul."

Q: On vous sent beaucoup plus rayonnant qu'avant. Un événement explique-t-il votre large sourire ?

R: "C'est la prise de conscience de ce sport, une forme de maturité. Tout paraît facile aujourd'hui mais il y a beaucoup de travail derrière, beaucoup d'implication. Je me suis posé les bonnes questions pour retrouver mon explosivité. Après, la confiance amène la réussite. On prend du plaisir. Dès la deuxième victoire (d'étape), notre Giro était réussi. Maintenant, on en est à quatre ! Notre saison aussi est réussie avec 14 victoires, chacune est exceptionnelle. C'est du bonus."




 

Vos commentaires