Accueil Actu Belgique Politique

La proposition de loi de Marie-Christine Marghem sur la prolongation du nucléaire mise au frigo: "Je ne renonce jamais"

La députée MR Marie-Christine Marghem était l’invitée d’Antonio Solimando ce matin. Depuis des mois, elle milite pour la prolongation du nucléaire. Hier, elle a rentré une proposition de loi dans laquelle elle réclame de renoncer à la sortie du nucléaire et de prolonger au moins 5 réacteurs. Sa proposition a été mise au frigo à la Chambre, risquant de faire exploser le gouvernement. Mais la députée ne compte pas lâcher l’affaire, comme elle l’a confié ce matin.

"Je ne renonce jamais, et je crois que je porte un dossier qui est essentiel pour la Belgique et pour le bien de tous les Belges. Tout le monde le pense. Il y a énormément de gens qui sentent qu'on a besoin d'être rassurés en termes de sécurité d'approvisionnement au moins en électricité, et d'indépendance énergétique. Je crois d'ailleurs que cette idée percole de plus en plus au sein des partis qui forment l'hémicycle de la Chambre, et pas seulement les partis de l'opposition mais aussi les partis de la majorité".

Mais ce texte risquait de faire tomber le gouvernement parce qu'au sein du gouvernement, il n'y a pas d'accord pour aller au-delà de la prolongation de deux réacteurs ?

"Je crois qu'on n'en était pas encore là. On n'en était pas à ce degré de soutien que le gouvernement soit en mesure à un moment donné de tomber là-dessus. Mais c'est vrai qu'il a été rappelé par mon président, à juste titre, que nous devions d'abord convaincre au sein de la Vivaldi, donc dans le périmètre de la coalition gouvernementale. Et c'est précisément à ça que je poursuis mon travail car au sein même des partis de la Vivaldi, il y en a qui pensent la même chose".

Le VD&V, l'Open VLD potentiellement, mais pas les Écolos ?

"Les écologistes évidemment ont des ukases (décrets, NDLR). Ils sont fondés sur des tabous antinucléaires qui ont constitué leur parti et qui viennent de Greenpeace et ils continuent à ne pas voir les choses qui doivent être vues avec sérénité et pragmatisme. Mes propositions sont fondées sur ce pragmatisme et sur la technique. Nous avons besoin de cette électricité, tout le monde le demande".

Du coup, cette proposition est à l'arrêt, mais jusque quand ?

"L'idée est de laisser au gouvernement la chance de concrétiser l'accord avec Engie pour au moins la prolongation de deux réacteurs. Ce n'est pas suffisant mais commençons par là. Ça fait plusieurs fois qu'on nous dit que et accord va être concrétisé : depuis mars 2022, on négocie et on nous a reporté au moins 5 à 6 fois, donc j'espère que c'est la dernière fois et que cet accord sera concrétisé. Il faut prendre en compte le temps nécessaire à l'opérationnalisation de cet accord, et à la possibilité d'avoir ces réacteurs en temps et en heure. Or, s'il faut 5 ans, d'après Engie, fin 2022-fin 2027. Si on poursuit, ce que je ne veux pas, dans la sortie du nucléaire et si on n'abroge pas cette loi, fin 2025, tous les réacteurs s'éteignent. Donc nous aurons un grave problème de sécurité d'approvisionnement".

À la une

Sélectionné pour vous