Accueil Actu Monde France

"Serial thinker", le prof de philo qui cartonne avec ses vidéos TikTok

Les notions du bac philo condensées dans des vidéos de trois minutes: avec son compte "serial thinker", le professeur strasbourgeois Lev Fraenckel cartonne sur TikTok où son style décontracté et ses emprunts à la culture pop séduisent les lycéens.

"On dit +les jeunes ne sont pas curieux, ils ne se posent plus de questions+. Je crois que c'est complètement faux, ils (s'en) posent énormément.

Mais le système éducatif actuel ne favorise pas l'émergence de ces questions", estime cet enseignant de 41 ans qui s'est lancé "il y a trois ans", d'abord sur Youtube, pour "enseigner autrement".

Il baptise son compte "serial thinker" (penseur en série"), nom qu'il reprendra sur TikTok.

Un hommage crypté à Socrate : "il a été considéré comme un +serial killer+ ("tueur en série", ndlr) alors qu'il était un +serial thinker+", "un vieillard qui marche dans Athènes en posant des questions et qui a été condamné à mort", explique-t-il.

- Philosophie "badass" -

"C'est le premier qui déstabilise le système" et "je voulais montrer le côté +badass+, martial de la philosophie", sourit-il.

Pour illustrer ses questionnements sur l'amour, le véganisme ou le sens de la vie, Lev Fraenckel pioche dans la "pop culture" pour coller au "référentiel d'un jeune de 16, 17 ans" et lui parler de philosophie "dans sa langue", en convoquant séries ("Snowpiercer", "Dahmer") ou blockbusters ("Fast and furious").

Ses premières vidéos Youtube, plutôt destinées au grand public et dont certaines dépassent la vingtaine de minutes, connaissent un succès modeste.

Mais en juin, au moment du bac, il se lance sur TikTok : le succès sera immédiat, "avec 100.000 abonnés en quelques jours" et "6 ou 7 millions de vues. C'était impressionnant", se souvient M. Fraenckel.

Le secret? Des vidéos de trois minutes à l'écriture serrée, tournées dans son appartement strasbourgeois avec un ancien élève, Simon Schott, qui a monté sa société de production, Wolfdog. Des véritables fiches de révision dans lesquelles, en jeans et t-shirt, il résume d'un ton décontracté les 17 notions du bac philo (l'Etat, l'Inconscient, le Langage, la Liberté...).

Ponctuées de citations d'auteurs clés, elles font vite un tabac auprès de lycéens en pleines révisions avant l'épreuve de philosophie.

Aux dires de nombreux élèves, leur efficacité est redoutable. Etudiant en médecine, le Strasbourgeois Cyril Hadef, 18 ans, dit avoir eu "19" au bac grâce à elles : Lev Fraenckel "a le don d'arriver à simplifier des trucs assez compliqués pour en faire quelque chose" de compréhensible par "tout le monde", s'enthousiasme le jeune homme.

"Preuve", pour l'enseignant, que sa "méthode fonctionne. On peut faire de la philo sérieusement" qui sera en même temps "un peu divertissante".

- Le salaire de Mbappé -

"Je n'aime pas les choses trop fermées", poursuit celui qui, enfant, n'appréciait "pas trop l'école" mais se posait "des tas de questions existentielles". Mais à l'époque, "on me disait : +si tu fais de la philo, tu vas finir clochard+", se souvient-il.

Après quelques années dans l'expertise-comptable, il réalise qu'il risque de "dépérir complètement" s'il reste dans ce domaine et s'inscrit en philosophie à l'université de Strasbourg.

Un "choc", de son propre aveu : "je me dis : voilà, c'est là que j'aurais dû être depuis toujours".

Il entame une thèse, toujours en cours, sur la psychanalyse et l'existentialisme, et en 2014, passe avec succès le Capes de philosophie.

Actuellement en disponibilité du lycée strasbourgeois où il enseigne, il donne toujours des cours d'histoire des religions à l'université, histoire de garder un pied dans l'enseignement "IRL, in real life" ("dans la vraie vie"), glisse dans un rire celui qui se donne un an pour vivre de son activité sur TikTok.

Il va sortir prochainement un livre "pour aider les élèves de Terminale à réussir le bac philo". D'autres suivront, "plus grand public", dans lesquels il compte développer des thèmes abordés dans certaines vidéos, par exemple "Mbappé mérite-t-il son salaire ?"

Et début décembre, il va mettre en ligne un échange avec Gad Elmaleh autour de son film "Reste un peu", récit d'une introspection religieuse.

"Des choses plus décalées", explique Lev Fraenckel. "Je donne ce que j'aime. La philosophie, pour moi, ça doit aussi avoir un aspect amusant."

À la une

Sélectionné pour vous