Accueil Actu Vos témoignages

"C’est vraiment inacceptable": la maman de Sandra trébuche à cause d’une trottinette mal garée et "finit aux urgences"

C’est en colère que Sandra a poussé le bouton orange Alertez-nous. Sa maman a trébuché à cause d’une trottinette électrique garée en plein milieu d’un trottoir à Bruxelles et a fini aux urgences avec le nez fracturé et une plaie ouverte. Sandra souhaite aujourd’hui qu’une réglementation soit mise en place en ce qui concerne le stationnement de ces engins électriques. Une ordonnance est en préparation, mais certaines communes bruxelloises ne sont pas prêtes à installer des zones de délestage obligatoires.

"Nous sommes très en colère face au stationnement chaotique des trottinettes et du manque de respect de certains usagers", nous écrit Sandra via le bouton orange Alertez-nous. Sa maman a récemment fait une violente chute sur le trottoir près du rond-point Montgomery à Bruxelles à cause d’une trottinette mal garée.

Danielle sortait de la bouche de métro pour aller prendre son bus. Alors qu’elle regardait sur le côté pour voir si son bus arrivait, elle a été éblouie par le soleil et n’a pas vu la trottinette parquée en plein milieu du trottoir. Elle s’est pris les pieds dans le véhicule électrique et a trébuché. Résultat ? Fracture du nez, plaie ouverte et choc émotionnel pour cette dame âgée de 77 ans. "Elle revenait d’une promenade avec des amis. Comme elle était seule, elle était paniquée, mais quelqu’un lui est venu en aide. Une personne qu’on remercie d’ailleurs. Elle a appelé la police", nous raconte Sandra.

Une fois la police sur place, elle a constaté les blessures de Danielle et a dû appeler une ambulance. "Elle a fini aux urgences", s’insurge la Bruxelloise qui n’accepte pas de voir sa maman dans un tel état. "C’est quelqu’un en bonne santé, elle a une bonne vision, c’est quelqu’un de très valide qui fait beaucoup d’activités et de la marche. Elle n’a aucun problème de mobilité, elle n’a juste pas vu la trottinette mal placée au milieu du trottoir", poursuit-elle.

Pour Sandra, le problème vient surtout des trottinettes qui sont "souvent mal garées." "Malheureusement, ces situations se produisent de plus en plus régulièrement. Et quand ça crée de tels accidents, c’est vraiment inacceptable." Elle attend aujourd’hui que des mesures concrètes soient prises et que le stationnement de ces véhicules électriques soit mieux réglementé. "Il faudrait une prise de conscience de certains usagers qui parquent leur trottinette n‘importe comment. Les sociétés de trottinettes devraient essayer de faire quelque chose pour que ça n’arrive plus", estime-t-elle.

Des employés circulent jour et nuit

Pourtant, chez Dott, des employés circulent jour et nuit pour relocaliser les trottinettes mal stationnées dans le centre de Bruxelles. "En journée, il y a des bikers, c’est-à-dire des coursiers en vélos-cargos électriques. Et de nuit, les équipes sont en van électrique", détaille Clara Philippot, city manager de Dott, une société de trottinettes électriques en libre-service à Bruxelles.  


© RTL INFO

Cette responsable est bien consciente du problème de stationnement mais, en région bruxelloise, plus de 25.000 trottinettes et vélos partagés circulent. Il est donc impossible de tous les ranger. "Les utilisateurs vont se garer à des endroits qui vont gêner les piétons et c’est impossible pour nous de passer après chaque trajet pour bouger les véhicules gênants, car il y a trop de trajets."


© RTL INFO

En attendant l’arrivée d’un cadre réglementaire qui encadrerait le stationnement des trottinettes, le casse-tête continue. A Evere, par exemple, la commune a installé une cinquantaine de zones de délestage. "L’idée, c’est que les utilisateurs de trottinettes puissent, après usage, venir les déposer dans les zones dédiées et ne pas empêcher la circulation des piétons sur la voie publique", souligne Pascal Freson, échevin de Mobilité à Evere.

L’espace est délimité par un marquage au sol et un logo de trottinette y est aussi dessiné. Problème ? Ces zones sont un incitant, mais ne sont pas obligatoires. Certaines personnes ne les respectent donc pas. Et en quelques mois, la commune d’Evere a déjà infligé 150 amendes aux opérateurs.


© RTL INFO

Si cette commune a décidé de prendre les devants, ce n’est cependant pas le cas de toutes. Pour le moment, seules Koekelberg et Berchem-Sainte-Agathe ont suivi le mouvement. Mais dans l’idéal, Dott espère voir fleurir des zones de stationnements dédiées dans les 19 communes bruxelloises. "Tous les opérateurs poussent actuellement pour les zones de parking. Le centre est saturé, il faut absolument que ce soit réglementé. Une fois que ce sera mis en place, ça simplifiera les choses", assure Clara Philippot.

Une ordonnance est en préparation. Mais elle ne prévoit rien d’obligatoire pour ces zones de stationnement. Certaines communes sont encore réticentes. "L’ordonnance donne la possibilité d’introduire des zones de stationnement et beaucoup de communes s’y mettent. On a aussi prévu des subsides au niveau régional (…) Des communes veulent avancer avec des zones de stationnement mais il fallait aussi un système pour les communes qui n’ont pas encore mis en place des zones de stationnement. Cela demande de l’investissement et toutes les communes ne sont pas encore prêtes à le faire", nous explique Elke Van den Brandt, la ministre bruxelloise de la Mobilité.


© RTL INFO

À terme, le but est malgré tout de rendre obligatoires ces zones de stationnement. Il sera donc impossible de garer sa trottinette ailleurs. Mais aucun délai n’est évoqué à l’heure actuelle.

 

À la une

Sélectionné pour vous