En ce moment
 
 

Prix produits alimentaires: le commerce n'est pas responsable des augmentations

 
 
Accuser les grands magasins de maintenir les prix des denrées alimentaires artificiellement élevés est "grotesque", a réagi vendredi Comeos, la fédération du commerce et des services. "Lors de la baisse des prix des matières premières, il y a des indications qui montrent qu'aussi bien l'industrie alimentaire que les commerces de détail augmentent leur marge brute", selon le rapport annuel de l'Observatoire des prix, publié vendredi dans la presse. "Depuis l'an passé, le chiffre d'affaires des commerçants est en hausse mais l'on constate une baisse de la rentabilité, et ce parce que pratiquement tous les coûts augmentent", réagit vendredi Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos. Et de citer le prix d'achat chez le fournisseur, les coûts salariaux, les prix de l'énergie et du transport. "En outre, bon nombre de ces augmentations sont définitives, contrairement à ce que certains journaux affirment aujourd'hui. Une fois que les coûts salariaux ont augmenté, ils ne diminuent plus. Les coûts de l'énergie ne redescendront pas non plus à leur ancien niveau. Enfin, les fournisseurs «oublient» souvent de répercuter les baisses des prix des matières premières sur les prix facturés aux commerçants", explique Comeos. La fédération distingue par ailleurs les grandes marques et les marques de distributeurs. Les commerçants ont moins de contrôle sur le prix des matières premières, les coûts de production et de transport pour les grandes marques, contrairement aux marques de distributeurs, explique enfin M. Michel. (MDP)

 

Vos commentaires