En ce moment
 
 

Procès Valentin: la maman d'Alexandre, le principal accusé, témoigne

Procès Valentin: la maman d'Alexandre, le principal accusé, témoigne

Le procès des assassins présumés de Valentin se poursuit à Liège. Les témoins de moralité des accusés ont été entendus aujourd'hui. Notamment les parents de celui qui est considéré comme le meneur de la bande, Alexandre Hart. Il est présenté par les experts comme un psychopathe. Antoine Schuurwegen et Benoit Elsen ont rencontré sa mère. Une maman partagée entre la colère et l'amour qu'elle ressent pour son fils.

Des larmes, des témoignages douloureux, il y en a encore eu ce mercredi à la cour d'assises de Liège au procès des 5 assassins présumés de Valentin Vermeesch. Parmi les personnes appelées aujourd'hui à s'exprimer devant les jurés, la maman d'Alexandre Hart celui qui est considéré comme le meneur de la bande qui a torturé Valentin. C'est une mère rongée, partagée entre sa colère et l'amour qu'elle a toujours pour son fils qu'Antoine Schuurwegen, journaliste pour RTL info, a rencontré. "C'aurait été plus facile de faire le deuil de mon fils que de le savoir ici et de ne pas pouvoir lui pardonner. En même temps, je veux l'aider." C'est au début de l'adolescence qu'Alexandre se renferme. Sa mère raconte: "En première secondaire, il était dans sa bulle, dans son jeu. Il cassait tout. Ses bics, sa latte, ses crayons."

Un accident marquant

Il voulait se faire remarquer. Sa maman décide alors de consulter des psychologues. "Comme il ne tenait pas en place en classe, j'ai été voir ce qu'il pouvait avoir, voir s'il n'était pas hyperactif pour le calmer, pour l'aider et qu'il puisse étudier." Un accident va le marquer. A 14 ans, il blesse gravement son frère au visage avec une tronçonneuse. "En blessant son frère, c'est comme s'il avait découvert 'le sang'. Avant, ils se battaient. Après cela, ils se battaient jusqu'au sang." Alexandre Hart se renferme encore un peu plus. Il découvre la drogue. Il commence aussi à boire. A 15 ans, il fait son premier coma éthylique. "Il était ivre mort sur la route. L'ambulance a dû être appelée. J'étais en colère. En même temps, ça fait mal son enfant qui s'autodétruit", fait savoir la maman d'Alexandre.

En blessant son frère, c'est comme s'il avait découvert 'le sang' 

"Il peut redevenir quelqu'un de bien"

Depuis la mort de Valentin, la maman d'Alexandre se pose une tonne de questions: "Qu'est-ce que j'ai fait? Qu'est-ce que j'ai raté dans son éducation? Je le hais et je l'aime. C'est tellement facile de haïr quelqu'un qui a fait quelque chose comme ça. De l'aimer en même temps, c'est une horreur." Sa maman sait déjà que son fils restera longtemps en prison. Elle continuera à aller le voir et espère qu'il sera pris en charge. "S'il est bien entouré et s'il brise sa carapace, il peut redevenir quelqu'un de bien. Seulement, il y a du boulot."

Les témoins de moralité de Belinda Donnay, autre personne accusée dans ce procès, seront entendus demain matin. 

Vos commentaires