En ce moment
 
 

Sharia4Belgium: Jejoen Bontinck reçoit 5.000€ de dédommagement pour sa détention en Syrie

Sharia4Belgium: Jejoen Bontinck reçoit 5.000€ de dédommagement pour sa détention en Syrie
 
 

Le tribunal correctionnel d'Anvers a ordonné un dédommagement provisionnel à Jejoen Bontinck. Les prévenus qui l'avaient retenu en Syrie devront lui verser 5.000 euros. Ceux-ci étant toujours à l'étranger, ou décédés, la somme pourrait cependant ne jamais lui être versée.

Outre le fait de communiquer les peines infligées aux prévenus, le tribunal a également dû se prononcer sur les demandes de dédomagement émanant de plusieurs parties. Ainsi, Jejoen Bontinck devrait recevoir un dédommagement provisionnel de la part des prévenus qui l'ont retenu en Syrie. Montant : 5.000€. Ceux-ci étant toujours à l'étranger, ou décédés, la somme pourrait cependant ne jamais lui être versée.

La police de Molenbeek reçoit 280.000€

La zone de police de Bruxelles-Ouest devrait recevoir 280.000 euros de dommages et intérêts pour les échauffourées qui ont eu lieu au commissariat de Molenbeek-St-Jean après "l'incident du niqab" et qui avaient provoqué des dégradations. Fouad Belkacem est actuellement le seul condamné pour ces faits à se trouver sur le territoire belge.

Brian de Mulder, "endoctriné", selon sa mère, n'aura rien

La mère de Brian de Mulder (21 ans) avait demandé 10.000 euros de dommages et intérêts, estimant que son fils avait été endoctriné. Sa demande a été rejetée. "Le tribunal comprend la douleur et la crainte concernant le danger potentiel qu'encourt son fils. Mais bien qu'il y ait eu ingérence, c'était son choix personnel de rejoindre Sharia4Belgium et de se rendre en Syrie. Son implication dans les faits qui lui sont reprochés est donc établie et la demande ne peut aboutir", indique le jugement.

Le père de Jejoen avait aussi demandé un dédomagement

La demande du père de Jejoen Bontinck, Dimitri, a été rejetée pour les mêmes raisons. Il reçoit néanmoins un euro de dommages et intérêts pour la détention de son fils en Syrie. Dimitri Bontinck s'est dit satisfait du jugement de son fils, à savoir quarante mois avec sursis pour ce qui excède la détention préventive. L'avocat de Jejoen a par ailleurs indiqué qu'il conseillerait à son client de ne pas faire appel.


 

Vos commentaires