"L'Africa Museum est une institution scientifique et non activiste"

histoire

(Belga) "L'Africa Museum est une institution scientifique qui veut faire écho à toutes les opinions. Ce n'est pas notre rôle de diffuser des messages activistes", a indiqué le directeur Guido Gryseels en réaction à la critique d'un groupe d'experts s'exprimant pour les Nations Unies.

Si la refonte du Musée de l'Afrique de Tervuren est vue d'un bon oeil, elle est toutefois jugée insuffisante et encore trop empreinte d'imagerie coloniale, selon ce groupe d'experts. Ils estiment que le musée doit faire disparaître les représentations offensantes et racistes et que, plus généralement, la Belgique doit briser le silence sur les atrocités commises pendant la colonisation et y consacrer une place dans l'enseignement. Enfin, ils souhaiteraient voir la Belgique présenter des excuses. M. Gryseels n'est pas d'accord avec cette vision des choses. "Nous voulons en tout premier lieu être un forum de débats. Pas plus tard que le week-end dernier, nous avons reçu des associations activistes africaines. Nous ne pouvons escamoter les représentations visées par l'ONU car elles sont protégées. Et il est d'ailleurs favorable au débat qu'elles restent parce que cela nous permet de montrer la différence qu'il existe entre la façon dont on voyait jadis le passé colonial et la manière dont on l'envisage aujourd'hui", poursuit Guido Gryseels. Le directeur du musée se dit néanmoins d'accord avec le fait que la Belgique n'en fait pas suffisamment pour reconnaître les fautes de la colonisation et devrait faire une place à cet épisode à l'école. M. Gryseels ne s'avance cependant pas sur le lien causal qu'établit le groupe d'experts avec le racisme dont sont victimes de nombreux Africains. "Mais le fait de reconnaître ces fautes contribueraient à mieux se comprendre et à briser les stéréotypes. Trop souvent par le passé, nous avons relayé le message de supériorité émis par l'Occident". (Belga)

Vos commentaires