En ce moment
 
 

Dubaï Papers: l'affaire n'est pas encore portée à l'instruction en Belgique

(Belga) Dans le cadre du dossier des Dubaï Papers, le parquet fédéral a précisé mercredi avoir adressé une décision d'enquête européenne au parquet financier de Paris pour obtenir copie des pièces qui sont pertinentes pour la Belgique, a indiqué mercredi Eric Van Duyse, le porte-parole du Parquet fédéral.

Un tri assez lourd doit être effectué, car les éléments qui concernent uniquement la justice française sont placés sous le secret de l'instruction. "Ces documents sont attendus avec impatience en Belgique, car ils permettront d'avancer dans le dossier", a expliqué Eric Van Duysse. Le parquet fédéral a ouvert une information judiciaire sur ce réseau de fraude fiscale à l'échelle internationale, qui s'est noué à partir du début des années 2000 autour du groupe Helin basé aux Émirats arabes unis. L'enquête a été confiée à l'Office central de la Délinquance économique et financière (OCDEFO). Le magistrat fédéral en charge du dossier s'est rendu à Paris le 13 septembre dans les locaux du parquet national financier. Aucun juge d'instruction n'a pour l'instant été désigné en Belgique dans cette affaire mais il est possible que les pièces fournies par la France permettent de porter le dossier à l'instruction. Le fondateur de la société en cause est un ressortissant belge, le prince Henri de Croÿ, déjà poursuivi en Belgique pour fraude fiscale avant d'être acquitté en 2015 par la cour d'appel de Liège. D'après L'Echo et De Tijd, une cinquantaine de Belges ont confié au prince, au cours de la période allant de 2002 à la fin de l'an dernier, des sommes pouvant s'élever à 13 millions d'euros par client. Une enquête a été ouverte en France à la suite de révélations dans la presse sur l'existence de ce vaste réseau de blanchiment de fraude fiscale à l'échelle internationale. Le ministre des Finances Alexander De Croo a donné son accord à une constitution de partie civile de l'État belge dans le dossier des Dubaï Papers, a indiqué mardi l'administrateur général de l'Inspection spéciale des Impôts (ISI), Frank Philipsen, devant la commission des Finances de la Chambre. (Belga)

Vos commentaires