En ce moment
 
 

Malgré les innombrables "MALGRÉ", les informateurs vont tenter de concilier PS et N-VA: mission impossible?

Malgré les innombrables
(c) Belga
 
 

La mission des informateurs MR Georges-Louis Bouchez et le CD&V Joachim Goens est prolongée par le roi Philippe. Ils rendront leurs conclusions au plus tard le 28 janvier. D'ici là, ils devront clarifier les positions des différents partis.
En réalité, il s'agit d'explorer à nouveau la possibilité de mettre N-VA et PS ensemble à la table des discussions après les déclarations du week-end. En clair: une petite sortie de Bart de Wever et ça y est, on rebat les cartes.

On re-sonde, entre autres, la possibilité d'un gouvernement entre les deux plus grands partis du pays. Malgré une quinzaine de tête à tête, entre les négociateurs PS et N-VA, sans la moindre avancée, en plus de 7 mois. Malgré une mission où le PS et la N-VA étaient préformateurs en novembre, et où ils ont conclu à une incompatibilité totale entre leurs deux partis.

On re-tente une majorité autour du PS et de la N-VA, alors que les deux partis s'étaient dit "non" et "niet" pendant la campagne électorale. Malgré une absence totale de confiance entre les deux partis. Malgré les insultes, aussi, de Bart de Wever envers les francophones.

En réalité, durant toute la mission de l'actuel duo d'informateur, Bouchez-Coens, le CD&V a cherché LE moment où il pourrait justifier devant ses électeurs, qu'il laisse la N-VA sur le côté. Pour monter dans une coalition "Vivaldi", ou "arc-en-ciel" élargi, avec les socialistes, les libéraux et les écologistes. Mais ce moment n'est jamais venu. Mieux, la N-VA a bien manoeuvré pour se montrer ouverte à discussion, sur la note des informateurs ou en annonçant qu'elle pourrait renoncer à ses ambitions communautaires. En fait de coalition "Vivaldi", nous sommes plutôt au beau milieu d'une comptine pour enfants : "Trois pas en avant, trois pas en arrière."




 

Vos commentaires