En ce moment
 

Muriel Gerkens (Ecolo) démissionne de son poste de députée fédérale pour éviter les ennuis: "Il fallait être dans une logique offensive"

COMMUNALES 2018

La députée Muriel Gerkens démissionne de son mandat à la Chambre pour se consacrer pleinement à la campagne pour les élections provinciales à Liège, a-t-elle annoncé mercredi matin.

Muriel Gerkens, députée fédérale depuis de nombreuses années, a finalement décidé de démissionner de ce mandat pour éviter un gros problème juridique.

En effet, Muriel Gerkens était jusqu'à ce mercredi midi tête de liste Ecolo dans le district de Visé, pour l'élection provinciale liégeoise, le 14 octobre prochain. Or, la loi wallonne interdit à tout parlementaire de se présenter à un scrutin provincial (il peut le faire au niveau communal, cependant).

Son éventuelle succès aurait donc pu être annulé et l'électeur de Visé reconvoqué, comme le révélaient mercredi plusieurs journaux sur base d'une information du Vif L'Express.

Mais ce midi, nous apprenons que finalement, Gerkens quitte son poste de députée fédérale et reste candidate à la province, où elle brigue un mandat de députée provinciale.

Elle tient à la province

Mme Gerkens dit vouloir "peser dans le jeu provincial" à Liège, à la suite des affaires Publifin et Nethys. "Notre logique, ici, dans la province de Liège, et notamment aussi sur le district de Visé, c’était de considérer ces élections provinciales comme un moment important. C’est le moment où on peut changer fondamentalement le fonctionnement de la Province, le fonctionnement de Publifin, des intercommunales, de Nethys, etc. Donc, pour ce faire, il fallait être dans une logique offensive, pour forcer des négociations, forcer la participation d’Ecolo à la majorité, parce que la solution, elle viendra de nous, elle ne viendra pas du MR, du PS et du cdH. Donc cette volonté a fait en sorte que j’ai commis une erreur administrative, en pensant que je pouvais être candidate et tirer la liste de Visé, tout en restant parlementaire pendant ma candidature, et puis, évidemment, en démissionnant de mon mandat de parlementaire si Ecolo était dans la majorité et si je montais à la province. Il se fait que ce n’est pas possible de fonctionner comme cela, je ne veux pas qu’on appelle les électeurs de Visé à voter une deuxième fois, je ne veux pas qu’on consacre de l’argent public à l’organisation d’une deuxième session d’élections, et donc, en prenant mes responsabilités, je vais démissionner de mon mandat de parlementaire fédérale, pour pouvoir faire cette campagne à fond, comme c’était convenu, et comme je m’en suis engagée vis-à-vis des citoyens", a-t-elle déclaré à RTL info.

La règle de l'interdiction de cumul député fédéral/provincial avait échappé à Muriel Gerkens et à son parti. La "boulette" n'avait pas non plus été relevée par le bureau électoral chargé de valider les listes et les candidatures un mois avant le scrutin. La députée qualifie son inscription sur la liste Ecolo d'"erreur administrative" alors qu'elle était encore députée à la Chambre. Son retrait permettra "de ne pas transformer une erreur administrative en un coût collectif suite à des recours potentiels des autres partis".

Vos commentaires