En ce moment
 
 

"Les vieux doivent pouvoir faire ce qu'ils veulent": les aînés furieux d'être écartés de leurs activités bénévoles

 
CORONAVIRUS

Les aînés sont invités à rester au maximum chez eux. Une charte a été établie par le Conseil National de Sécurité pour inciter les associations diverses à faire appel à des bénévoles n'appartenant pas aux populations à risques.

La question de la protection des aînés est en train de naître. Ces derniers sont particulièrement à risque en ce qui concerne le coronavirus, ce qui pousse les personnalités politiques à les protéger au maximum. Mais peut-être trop, selon le Gang des Vieux en colère. Ce groupe de pression dénonce, par exemple, la mise à l'écart des personnes âgées en ce qui concerne le bénévolat.

Prenons le cas de Carine. Cette femme de 61 ans vient d'être mise à l'écart de son activité bénévole, alors qu'elle est encore active dans le milieu professionnel. La raison est simple: par sécurité, l'association qui l'accueillait va se tourner vers des bénévoles de moins de 50 ans.

Ce genre de décision est née d'une charte publiée par le Conseil National de Sécurité. Le 3 juin dernier, Sophie Wilmès confirmait que les séniors allaient sans doute être provisoirement écartés de leurs activités bénévoles. La goutte de trop pour le Gang des Vieux en colère. "Une recommandation vaut acte. Même recommandation, que ce soit bénévole ou actif, les vieux doivent pouvoir faire ce qu'ils veulent. Il y a des ministres qui ont passé l'âge, des ministres présidents comme Elio Di Rupo", explique d'ailleurs l'un des représentants du groupe.

Ce dernier dénonce d'ailleurs un traitement défavorable de ce groupe de personnes. "Il y a un sentiment d'exclusion des vieux. On a même failli faire porter la faute aux vieux. Tant de morts à cause de tous ces vieux. Non, tant de morts parce qu'on n'a pas pris les mesures qu'il fallait à temps", déplore-t-il.

 

 

Vos commentaires