En ce moment
 
 

Jean-Pascal van Ypersele se mobilise pour le climat à LLN: "C'est important que les scientifiques sortent de leur laboratoire dans ces cas-là"

Au moins 3.000 personnes sont attendues jeudi dans les rues de Louvain-la-Neuve afin de marcher pour le climat. Les scientifiques de l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) ont aussi publiquement marqué leur soutien à la marche. Jean-Pascal van Ypersele se réjouit de cette mobilisation. Le scientifique s'est exprimé au micro de Sébastien Prophète.

Ce jeudi a lieu la neuvième marche pour le climat, organisée par Youth For Climate. Les organisateurs espèrent mobiliser au moins 3.000 personnes dans la cité universitaire du Brabant wallon, l'événement devant attirer à la fois des élèves de l'enseignement secondaire et des étudiants de l'enseignement supérieur. Les scientifiques de l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) ont aussi publiquement marqué leur soutien à la marche, et annoncé qu'ils rejoindront les jeunes dans la rue.


"C'est ma cinquième manifestation avec les jeunes"

Jean-Pascal van Ypersele, climatologue, est au rendez-vous sur la place de l'Université à Louvain-la-Neuve. Le scientifique tient une pancarte sur laquelle on peut lire: "Vous ne pourrez pas ignorer les messages des jeunes comme vous avez ignoré les rapports du Giec". Il explique au micro de Sébastien Prophète qu'il ne s'agit pas de sa première participation à cette mobilisation.

"Pour moi, ce n'est pas la première. J'étais déjà là le mois qui a suivi la première venue de Greta Thunberg à Bruxelles le 3 novembre, où j'ai interagi avec une jeune Flamande qui se posait des questions sur le climat. Donc moi c'est ma quatrième ou cinquième manifestation avec les jeunes qui font, je pense, un travail très important pour mobiliser les décideurs pour qu'enfin, ils prennent au sérieux les rapports du Giec", précise Jean-Pascal van Ypersele.

On parle de maintenir l'habitabilité de la seule planète habitable du système solaire


Ce dernier souligne la présence d'autres scientifiques à la marche. "C'est important que la communauté universitaire se mobilise (...) C'est grâce à elle, au sens large, que l'on sait qu'il y a un problème, qu'il a été bien diagnostiqué, qu'on comprend que c'est à cause des combustibles fossiles, de leur combustion et du déboisement que le climat est en train d'être déréglé. C'est aussi cette communauté scientifique qui cherche des solutions et donc la contribution de la communauté universitaire est complémentaire et très importante au travail de sensibilisation et de mobilisation que les jeunes font. Le Giec (groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) et les jeunes sont plus forts ensemble. On a tout intérêt à travailler ensemble", ajoute-t-il.



Sortir les scientifiques de leur laboratoire

"Certains de mes collègues (scientifiques) ont tendance à rester dans leur tour d'ivoire. Je pense que de temps en temps, il faut être au calme pour faire la recherche d'accord, mais quand il y a de grands enjeux de société comme celui devant lequel nous sommes maintenant, car on parle de maintenir l'habitabilité de la seule planète habitable du système solaire, je crois que c'est important que les scientifiques sortent de leur laboratoire dans ces cas-là", précise le climatologue, qui pense que ces derniers ont un peu tardé à se mobiliser. "C'est quand même les jeunes qui, avec leur puissance de mobilisation, sont allés les taquiner, les obliger à sortir de leur laboratoire", lance-t-il.


Le parcours de la marche

Le parcours de la marche a été déterminé en collaboration avec la police locale. En partant de la place de l'Université, il passera par les principales places de Louvain-la-Neuve (Place des Wallons, Grand-Place, place Rabelais, place des Doyens...) et la manifestation devrait durer, en fonction du nombre de participants qui se mobiliseront dans les rues de la cité universitaire, jusqu'aux environs de 12h30. La marche sera suivie d'une assemblée générale sur la place des Sciences. 

Youth for Climate a battu le rappel auprès des étudiants de secondaire, et Students for Climate auprès des étudiants de l'enseignement supérieur. Quant au personnel scientifique de l'UCLouvain, il considère que former des citoyens critiques et capables de remise en question fait partie des rôles de l'université et de l'enseignement en général, et que la participation aux marches ainsi qu'aux débats sur des enjeux majeurs contribue à cet objectif.

Vos commentaires