En ce moment
 
 

Un vaste plan pour protéger la côte de la tempête du siècle

 
 

La Flandre prépare un vaste plan pour protéger la côte de possibles "tempêtes millénaires". Le coût des travaux est énorme: 300 millions d'euros. Un plan sensé contrer l'élévation du niveau de la mer. Un phénomène qui est engendré par le réchauffement climatique.

La côte belge est particulièrement exposée aux tempêtes de forte intensité. Ostende est l’une des villes du littoral les plus touchées. Face au réchauffement climatique, la Région flamande planche depuis deux ans sur un vaste plan de protection de la côte. Il comprend une série de mesures qui visent les villes les plus menacées : Middelkerke, Ostende ainsi que tous les ports (Nieuport, Blankenberge, Zeebruges, Ostende). " Les ports, ce sont les plus dangereux parce que le niveau est trop bas pour les tempêtes. On peut déjà voir maintenant que s’il y a une forte tempête, il y a des inondations" , a explique Tina Mertens, ingénieur de l’Afdeling Kust de l’administration flamande.

Le plan prévoit notamment de rajouter du sable sur les plages. Entre 2007 et 2009, quelque 1.650.000 mètres cube ont déjà été déversés. Outre la création de zones inondables dans l’arrière-pays, on songe également à rehausser et à élargir les digues.

Un tiers de la côte belge est vulnérable

Le budget de ces travaux s’élève à 300 millions d’euros. Il faut dire que le scénario envisagé est effrayant : une augmentation de 30 cm du niveau de la mer du Nord d’ici 2050. "Il est possible que le pays va être inondé jusqu’à Bruges. Donc, ce sont des dizaines de kilomètres dans le pays". Les dégâts matériels seraient dès lors très importants. Mais, le plus grave serait les victimes à déplorer. Rien que le long des 67 kilomètres du littoral habitent près d’un demi-million de personnes.

Une étude préliminaire a démontré qu’un tiers de la côte belge est vulnérable. Les mesures doivent encore être discutées et le plan sera finalisé en 2010. Après cette date, cinq ans de travaux sont prévus pour faire face à une éventuelle "tempête du siècle", qui pourrait dévaster le littoral belge et inonder les terres sur une profondeur de 20 km.





 

Vos commentaires