En ce moment
 
 

Une dizaine de Verviétois sont partis en Syrie: "Ils sont connectés les uns aux autres"

 
Verviers
 

L'intégrisme est aussi présent en Belgique. On sait aujourd'hui qu'il existe certains "foyers" de radicalisation, notamment à Verviers. Plusieurs jeunes en sont partis pour aller se battre en Syrie. Certains y sont revenus. Une situation qui met les autorités communales en alerte.

Il existe certains foyers de radicalisation islamique en Belgique, et notamment à Verviers. Depuis plus de 20 ans, le nom de la ville apparait dans plusieurs enquêtes sur le terrorisme international.

Selon certaines sources, le nombre de djihadistes partis vers la Syrie varie entre 6 et 10 habitants de la ville. "Les gens qui sont partis, en tout cas pour ce qui concerne les personnes d'origine marocaine et algérienne, c'est vrai qu'ils sont tous connectés les uns aux autres. Donc à partir du moment où il y en a un qui est parti, ça a créé un effet d'appel", a déclara Michael Privot, islamologue, à Vincent Jamoulle.

"On sait qu'il y a deux personnes d'origine tchétchène qui sont parties et revenues, mais sur les réseaux tchétchènes, on a fort peu d'informations en vérité", a-t-il ajouté.

Un ancien imam

Ces hommes, âgés d'une vingtaine d'années, ont peut-être été encouragés par l'ancien imam de Verviers, réputé pour ses prêches extrémistes. Il a été mis à la porte de la mosquée somalienne, en juillet dernier.

"On a l'impression que les jeunes qui sont partis sont au moins passés par sa mosquée. Ça pose questions d'avoir laissé cet homme officié pendant plusieurs années, et de tenir un discours en rupture avec les valeurs que l'on cherche à promouvoir à Verviers", a poursuivi M. Privot. 

Le bourgmestre, lui est sur ses gardes. "Que ce soit avec les différents services de l'armée, ou avec les services fédéraux, la sûreté de l'Etat, l'OCAM, le parquet, les polices zonales… tout le monde se voit régulièrement".


 

 




 

Vos commentaires