En ce moment
 
 

"Quand il y a un G9 au PS, personne ne dit que Paul Magnette est sous tutelle": Georges-Louis Bouchez refuse de parler d'encadrement au sein du MR

 
 

Georges-Louis Bouchez, le président du MR, vient de traverser une tornade de protestations au sein de son parti. Un comité de sages a, depuis, vu le jour pour apaiser les tensions. Des membres de son parti ont eu des mots très durs à son égard tels que "despote" ou "pratiques mafieuses". Les tensions se sont-elles vraiment apaisées ? Ce conseil des sages "G11" suffira-t-il ?

Mardi dernier, les parlementaires MR des différentes entités du pays ont décidé, au bout de plus de 4 heures de débats parfois vifs, de conserver leur confiance dans le président du parti, Georges-Louis Bouchez. Il sera toutefois encadré d'un 'G11', destiné notamment à assurer la collégialité des décisions du Mouvement réformateur. Composé de 11 'sages' du parti, cet organe décisionnel, qui agira à côté du bureau élargi, "veillera à ce qu'un débat soit mené autour des décisions", avait expliqué l'ancien ministre des Pensions Daniel Bacquelaine à la sortie de la réunion. 

L'erreur que j'ai faite est d'avoir cru que j'allais trouver la formule magique tout seul

Sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche, Georges-Louis Bouchez est revenu sur ce nouveau fonctionnement. Selon lui, son but est de "mieux faire circuler l'information au sein du parti". "Il est important d'avoir un groupe restreint, resserré comme il y a le G9 au parti socialiste. Quand il y a un G9 au PS, personne ne dit que Paul Magnette est sous tutelle. Quand il y a un G11 au MR, le turbulent Georges-Louis Bouchez, lui, est sous tutelle", a-t-il indiqué. 

Le président du MR a admis avoir commis une erreur lors de son casting ministériel. "J'ai consulté plus que ce que l'on a dit. Mais il y aurait dû avoir une ou deux personnes supplémentaires pour que ça se fasse correctement. L'erreur que j'ai faite est d'avoir cru que j'allais trouver la formule magique tout seul", a-t-il reconnu. 

Par ailleurs, Georges-Louis Bouchez refuse de parler d'un groupe de décision. Il estime que le G11 est un organe qui était devenu essentiel au vu des mutations qu'a connu notre société durant les dernières années. "J'ai des qualités et des défauts comme tout le monde. Je n'ai jamais dit que j'étais parfait et tous les gens qui ont voté pour moi le savaient. Mais la gouvernance du MR n'a pas changé durant ces vingt dernières années, or la société a changé, les aspirations des élus, des membres ont changé. Ce G11 n'est que la face émergée du MR", a-t-il insisté. 




 

Vos commentaires