En ce moment
 
 

Olivier Maingain devient "agent de liaison" des francophones: en quoi ça consiste? (vidéo)

Olivier Maingain, sera bientôt agent de liaison entre les gouvernements bruxellois et wallon. Quel sera son rôle ? Combien cela va-t-il coûter ? Trop, selon les libéraux, qui se demandent si cette nomination est bien utile. Le président de Défi s'est exprimé sur la question dans "C'est pas tous les jours dimanche".

Olivier Maingain va occuper le nouveau poste d'agent de liaison entre les Régions wallonne, bruxelloise et la Fédération Wallonie-Bruxelles. C'est une fonction qui n'existait pas et qui ne plaît pas à tout le monde. Le MR estime que cela va "coûter cher" et que "c'est inutile". Invité dans "C'est pas tous les jours dimanche", le président de Défi a expliqué en quoi consiste cette nouvelle fonction sur le plateau de l'émission.

"Je rappelle que je ne serai pas rémunéré, je n'aurai pas un cabinet. Le MR a tenté de faire partie du gouvernement bruxellois. Il voulait qu'on augmente le nombre de ministres, il fallait ajouter deux ministres, puisque si on en ajoute un du côté francophone il faut en ajouter un du côté néerlandophone. Ca veut dire des frais et des cabinets. Mais moi, je n'ai rien de tout ça. Je n'ai pas de rémunération", lance Olivier Maingain.

"Il y aura des experts qui m'accompagneront, qui seront des professeurs d'université. Ils seront peut-être indemnisés à la prestation pour leur travail ou quand ils feront une étude, mais moi je ne serai pas rémunéré", précise le président de DéFI.

"Je vais, modestement et je ne serai pas le seul et je souhaite qu'il y ait un correspondant wallon, mener une réflexion sur la réorganisation des institutions francophones, des politiques, pour gagner en efficacité", ajoute le Bourgmestre de Woluwé-Saint-Lambert.

"Je crois que par ma petite expérience politique, ma connaissance des institutions, je peux amener une réflexion. De là à dire que ça va lier tout le monde, non, ça sera un dialogue. Et aujourd'hui quand je vois le nombre d'interlocuteurs, tant Wallons que Bruxellois, qui se sont manifestés en me disant: "Mais c'est intéressant, ça sera un lieu de réflexion, un lieu de débat, un lieu ouvert. Et j'espère que la plupart des partis accepteront ce dialogue", explique-t-il, ajoutant qu'agent de liaison est "une fonction de prospection et de réflexion sur l'efficacité des institutions francophones".

"On dénonce, à juste titre, le fait que les institutions francophones sont complexes et que ce n'est pas efficace sur le plan budgétaire. Est-il interdit que l'on entame une réflexion ?", dit Olivier Maingain.

"On parle souvent du lien Wallonie-Bruxelles et on ne l'approche que sous l'angle culturel, enseignement... Mais par exemple sur le plan économique, pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas gagner en efficacité ?", renchérit-il.

Vos commentaires