En ce moment
 
 

"J'en ai voulu à ma mère, quand on a des jambes pareilles, on ne se reproduit pas": Anne se confie sur sa maladie, dont souffre une femme sur 10

©RTL-TVI

Il y a quelques semaines, nous vous parlions du lipoedème, plus communément appelé la "maladie des grosses jambes". Il s'agissait de l'un des thèmes d'Images à l'appui, lundi soir sur RTL-TVI. Cette condition, qui affecterait une femme sur dix, fait vivre un véritable enfer aux personnes atteintes. Mais elle est encore peu connue et les traitements sont rarement remboursés.

> REVOIR L'EMISSION EN INTEGRALITE SUR RTL PLAY


"On fait des bleus facilement, on a mal"

"Prendre l'avion, c'est une horreur, parce que les jambes doublent de volume"
, explique Céline. "On fait des bleus facilement, on a mal, quand on touche, la peau est sensible, parce que nos articulations souffrent. Moi, j'ai été très en colère, j'en ai voulu à ma mère. Quand on a des jambes pareilles, on ne se reproduit pas", témoigne Anne, atteinte de ce syndrome.


Elles ont tout essayé pendant des années

Seules face à leur douleur physique et psychologique, ces femmes ont tout essayé pendant des années. Régime draconien, sport régulier, sans aucun résultat. "Je ne comprenais pas, avec tous les efforts… Je faisais 1m70 et 47 kilos à l'époque. Plus on maigrit du haut, plus le bas semble plus gros, et il ne bouge pas", ajoute Céline.


Aucun remboursement s'il n'y a pas de problèmes lymphatiques

"Ces personnes, lorsqu'on les soumet à un régime alimentaire drastique, perdent énormément de graisse au niveau du visage, du tronc, des membres supérieurs, mais la graisse qui s'est déposée au niveau des membres [inférieurs, ndlr] reste", explique Jean-Paul Belgrado, coordinateur à la clinique de lymphologie au CHU Saint-Pierre, à Bruxelles. A ce jour, la lipoaspiration, comme les autres traitements, ne bénéficie d'aucun remboursement, sauf si le syndrome engendre des problèmes lymphatiques.

Vos commentaires