En ce moment
 

Au Bénin, le parc de la Pendjari se rêve en sanctuaire pour les éléphants d'Afrique de l'Ouest

Assis à l'arrière d'un pick-up du parc national de la Pendjari, dans le nord du Bénin, Matthieu Yoa sourit avec la satisfaction du travail accompli: avec ses collègues rangers, il vient de poser un collier satellite sur un éléphant pour assurer sa protection.

"C'était très fort", souffle-t-il dans un français hésitant, visiblement ému.

Bien que son village natal se situe à quelques kilomètres seulement de cet immense parc national de 4.700 km2, ce jeune homme de 23 ans n'avait jamais vu d'animaux sauvages il y a encore deux mois. "Sauf dans des documentaires."

Il travaillait comme maçon lorsqu'il a lu dans le journal local qu'African Parks, une ONG dédiée à la protection de la nature et qui gère depuis peu le parc de la Pendjari, recrutait une soixantaine de gardes. Sur 1.700 candidats, il fait partie des 35 élèves sélectionnés pour la première promotion.

Après six semaines de formation, il sait comment mettre un éléphant à terre pendant un quart d'heure pour lui poser un collier et donner ainsi une chance à l'espèce de survivre en Afrique de l'Ouest.

Cette opération extrêmement délicate est supervisée par un vétérinaire sud-africain, Pete Morkel, venu spécialement au Bénin pour équiper de colliers une douzaine d'éléphants et de lions.

Traquée pendant près d'une heure par un avion ULM, puis par deux pickups, la bête s'est effondrée dans les herbes hautes après avoir été touchée par un tir de flèche anesthésiante. Réveillée quelques minutes plus tard, elle a aussitôt rejoint son troupeau, un peu groggy, avec son nouveau collier.

- L'ivoire vers l'Asie -

"Nous avons besoin de connaître leurs déplacements pour leur apporter une meilleure sécurité", explique Pete Morkel, le visage durci par des années de brousse. "Les éléphants d'Afrique de l'Ouest sont assez agressifs de nature, parce qu'ils ont été pourchassés dans cette région pendant des siècles."

Autre spécificité de l'éléphant ouest-africain, ses défenses sont très petites. "Tous les individus avec de grandes défenses ont été massacrés, et avec le temps, cela a modifié leur génétique", poursuit le vétérinaire.

Les commerçants portugais, arrivés dans le royaume du Dahomey dès le XVe siècle, exportaient déjà l'ivoire en grande quantité, et le commerce a atteint son apogée pendant la colonisation française.

Après une courte accalmie dans les années 1990, due à l'émotion internationale et la baisse d'intérêt des clients européens, le trafic a repris il y a une dizaine d'années avec l'expansion du marché asiatique.

La Chine a totalement interdit le commerce de l'ivoire au 1er janvier, mais cela n'empêche pas encore les trafics de se poursuivre. Fin janvier, une tonne d'ivoire a été saisie en Côte d'Ivoire et six personnes ont été interpellées. Début décembre, près d'une tonne de défenses d'éléphants, exportées également du port d'Abidjan, ont été découvertes au Cambodge, en escale pour la Chine.

- Doubler le nombre d'éléphants en 10 ans -

"La population -de pachydermes- est petite en Afrique de l'Ouest, et essentiellement concentrée au niveau de la Pendjari et du WAP -parc transfrontalier qui recouvre la Pendjari ainsi que des zones protégées au Burkina Faso et au Niger- où elle ne dépasse pas les 6.000 individus", raconte Jean-Marc Froment, chargé de la conservation au sein d'African Parks.

L'ONG internationale, choisie par l'Etat béninois en 2017 pour gérer cet espace, ambitionne de doubler en 10 ans la population animale sur place et de réintroduire des éléphants dans d'autres parcs ouest-africains.

Mais pour ce faire, il faut avant tout revoir la sécurité du parc, gangréné par les réseaux de trafiquants, dont les plus petites mains sont souvent les employés au sein du parc.

Dans "la salle de contrôle", un petit bureau fraîchement construit, Markéta Antoninova, manager de projets pour African Parks, regarde les lignes lumineuses tracées sur un écran d'ordinateur.

"Grâce à des trackers GPS, on observe les mouvements des équipes de rangers déployés", raconte-t-elle. "Ils partent sur des missions de sept jours à pied, sur une cinquantaine de kilomètres à travers le parc, mais on leur communique leur destination au jour le jour."

- Recopier des leçons -

Une mesure destinée à empêcher toute connivence avec les braconniers: auparavant, quand les gardes corrompus connaissaient d'avance tout l'itinéraire de leur mission, "il leur suffisait d'appeler les braconniers pour leur dire où ils se trouveraient pendant la semaine", explique la jeune femme d'origine tchèque, qui a passé de nombreuses années au Tchad et au Soudan.

Dans le nouveau centre d'entraînement des rangers, une trentaine de jeunes hommes de la seconde promotion grimpent et dévalent une colline caillouteuse sous un soleil de plomb. Sous un large auvent en paille transformé en salle de classe, d'autres suivent les cours théoriques.

Dans des petits cahiers à l'effigie de Cristiano Ronaldo, les étudiants recopient leurs leçons avec application: "Qu'est-ce qu'un pot-de-vin?", "Qu'est-ce qu'un abus de pouvoir?", "Qu'est-ce que la biodiversité?".

"La lutte anti-braconnage ne peut pas se faire uniquement avec les armes et les sanctions", confie Jean-Marc Froment.

Les salaires mensuels des rangers, de 150.000 Francs CFA (environ 300 euros), sont importants dans cette région pauvre du Bénin.

"Mais surtout, il faut transmettre notre passion, faire comprendre l'intérêt de préserver la nature", conclut M. Froment. "Et cela ne pourra se faire qu'avec le temps."

Vos commentaires