En ce moment
 
 

La Bourse de Paris, stable, opte pour l'attentisme

La Bourse de Paris, stable, opte pour l'attentisme
Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018ERIC PIERMONT

A découvrir

paris

La Bourse de Paris optait pour l'attentisme (+0,01%) mercredi matin, dans un marché avare d'initiatives avant la décision très attendue de la Réserve fédérale américaine sur ses taux d'intérêt directeurs, et qui continuait par ailleurs de surveiller l'évolution de la situation au Moyen-Orient.

A 09H34, l'indice CAC 40 grappillait 0,31 point à 5.615,82 points. La veille, il avait fini en petite hausse de 0,24%.

Les investisseurs seront focalisés ce mercredi sur la décision de la Réserve fédérale américaine, qui achève dans la soirée une réunion de politique monétaire de deux jours.

"La baisse des taux par la Fed est acquise et déjà prise en compte par le marché", a relevé dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine, devrait à nouveau annoncer ce mercredi soir une légère baisse des taux d'intérêt pour compenser les risques que font peser les tensions commerciales sur l'économie américaine.

Les marchés semblaient toutefois plus sceptiques, depuis mardi soir, quant à l'opportunité de cette nouvelle détente monétaire, dans un contexte de hausse des cours du brut.

"Le plus gros enjeu sera de voir comment la Fed gère son message sans apparaître encore plus divisée qu'en juillet, dans un contexte de flambée des prix du pétrole qui, s'il se poursuit, pourrait entraîner une hausse de l'inflation", a estimé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

Pour l'heure, la situation semblait en voie de normalisation en Arabie saoudite, où le ministre de l'Energie s'est voulu rassurant mardi sur la capacité de son pays à se remettre rapidement de l'attaque qui a réduit de moitié sa production pétrolière au cours du week-end, tout en évitant de pointer un doigt accusateur vers l'Iran.

Les cours du pétrole, après avoir nettement reflué mardi, se stabilisaient ce mercredi.

Du côté des indicateurs, le marché automobile européen a baissé de 8,4% sur un an en août, victime d'un effet de comparaison défavorable.

Sur le front des valeurs, EDF montait de 2,60% à 10,64 euros. Le groupe a annoncé mercredi que six réacteurs nucléaires en exploitation en France étaient concernés par des problèmes de fabrication de certains composants découverts la semaine dernière, mais qu'ils étaient jugés à ce stade aptes au service.

Airbus cédait 0,20% à 121,72 euros. Selon le groupe, la flotte mondiale d'avions de ligne va plus que doubler au cours des 20 prochaines années, ce qui va entraîner un besoin de 39.210 avions et cargo neufs d'ici à 2038.

Les valeurs pétrolières évoluaient en ordre dispersé sur fond de stabilisation des cours. Total était stable (+0,02% à 47,87 euros) tandis que CGG perdait 1,69% à 2,20 euros et TechnipFMC 0,40% à 22,24 euros.

Adeunis décollait de 5,73% à 4,43 euros, profitant de l'annonce mardi de sa prochaine scission et de son recentrage sur le seul domaine de l'"internet des objets".

  1. Euronext CAC40

Vos commentaires