En ce moment
 
 

Nice-Matin: Iskandar Safa jette l'éponge et laisse le champ libre à Xavier Niel

Nice-Matin: Iskandar Safa jette l'éponge et laisse le champ libre à Xavier Niel
Iskandar Safa, le franco-libanais candidat à la reprise du journal régional Nice-Matin, a jeté l'éponge laissant le champ libre à Xavier NielVALERY HACHE

Iskandar Safa, candidat à la reprise du journal régional Nice-Matin, a jeté l'éponge lundi, coincé juridiquement par l'offre concurrente de Xavier Niel et politiquement par l'hostilité de la rédaction, inquiète du pedigree politique du milliardaire franco-libanais.

Actif dans les chantiers navals civils et militaires, M. Safa est propriétaire de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, prospère dans un marché de la presse écrite un peu déprimé, mais classé très à droite.

Trop en tout cas pour la rédaction, rassemblée derrière le hashtag #NousNAvonsPasLesMêmesValeurs et qui avait voté le 12 juillet à 95% pour l'offre de reprise de M. Niel, sensible à ses promesses de garantie sur l'indépendance éditoriale. Le projet de reprise de M. Safa était négocié depuis avant Noël et Eric Ciotti, réputé proche du milliardaire avec lequel il partage la défense des valeurs chrétiennes, était soupçonné d'avoir joué les entremetteurs à l'approche des municipales, ce que le député LR dément catégoriquement.

Le coup de théâtre s'est produit à l'ouverture d'un comité d'entreprise. Le PDG du groupe Nice-Matin Jean-Marc Pastorino a indiqué "qu'il avait reçu un coup de téléphone d'Iskandar Safa lui annonçant qu'il +retirait son offre+. Une offre qu'il ne pouvait maintenir +dans une entreprise divisée+", selon le Syndicat national des journalistes (SNJ).

"C'est une satisfaction après un mois et demi d'incertitude", s'est félicité Denis Carreaux, directeur des rédactions du groupe. "La rédaction est rassurée et soulagée", a-t-il ajouté, même si tout reste à reconstruire après l'épisode Nethys, du nom du groupe belge, actionnaire depuis 2016 mais accusé d'être aux abonnés absents.

"Maintenant il faut se mettre au travail pour construire le projet avec Niel et rebâtir la cohésion de l'entreprise après ce duel", a ajoute M. Carreaux. "Nous allons travailler avec toutes les composantes de Nice-Matin pour construire un projet tous ensemble, il faut que le projet concerne tout le monde" dit-il.

- "Impasse juridique" -

Le journal s'est déchiré entre la rédaction et les autres salariés qui considéraient que le projet de M. Safa était "le plus viable pour l'entreprise".

La branche niçoise du Livre CGT a été accusée pactiser avec l'extrême droite, pour son soutien au projet de M. Safa, et le journal, placé sous plan de sauvegarde par le tribunal de commerce de Nice, risquait un interminable bras de fer judiciaire aux conséquences internes incalculables.

M. Safa était dans une "impasse juridique" et il lui était "impossible d'avancer contre la rédaction", a commenté Romain Maksymowycz, secrétaire du SNJ.

Le 12 juillet, M. Pastorino avait laissé entendre que M. Safa s'était engagé sur les garanties, la trésorerie et les frais pour attaquer en justice le pacte liant Nice-Matin à Xavier Niel.

Le journal niçois, qui rayonne jusqu'à Toulon avec Var-Matin, est contrôlé à 66% par les 456 salariés actionnaires du groupe, via une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC).

Les 34% restants appartiennent depuis juillet à Xavier Niel, via la participation de contrôle que son holding personnel NJJ a pris dans Avenir Développement, jusqu'ici contrôlée par Nethys.

En vertu d'un pacte d'actionnaires liant la SCIC à cette société, M. Niel devrait devenir actionnaire majoritaire de Nice-Matin d'ici 2020.

Le journal a un tirage de 120.000 exemplaires par jour et 16 millions de visites web par mois.

Déjà candidat en 2014 à une reprise de Nice-Matin, Iskandar Safa a récemment acquis 39% de la chaîne de télévision locale Azur TV basée à Nice qui couvre l'actualité de la côte méditerranéenne de Marseille à Menton, à travers trois émetteurs. La loi n'interdisait pas qu'il achète en plus le journal régional dominant.

Le patron de Free est, lui, déjà copropriétaire du quotidien Le Monde.

Vos commentaires