En ce moment
 

Présidentielle en Ukraine - Les autorités appellent les candidats à la retenue

(Belga) Les autorités ukrainiennes ont appelé samedi les deux prétendants à la présidence, le sortant Petro Porochenko et le comédien Volodymyr Zelensky, à la "tolérance" lors d'une campagne électorale de plus en plus agressive.

"Nous approchons de la phase finale de la campagne électorale et l'atmosphère sociale est tendue", a affirmé dans un communiqué Sergiy Iarovyi, vice-ministre ukrainien de l'Intérieur. "Les sentiments d'hostilité ouverte sont attisés", a-t-il ajouté, appelant les deux camps à l'"honnêteté" et à la "tolérance". Selon les derniers sondages, Volodymyr Zelensky, 41 ans, novice en politique, battrait facilement son rival, Petro Porochenko, 53 ans, le président sortant de ce pays aux portes de l'UE en proie à la pire crise depuis son indépendance. L'arrivée de pro-occidentaux au pouvoir en 2014 y a été suivie par l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie et par un conflit avec des séparatistes prorusses dans l'est, qui a fait près de 13.000 morts. M. Zelensky, qui incarne un président dans une série télévisée, est crédité de 61% des voix selon un sondage publié jeudi. Lors du premier tour fin mars, l'acteur avait remporté plus de 30% des suffrages, contre 16% pour son adversaire. Depuis, leurs échanges sont devenus plus tendus. Porochenko a traité son adversaire de "clown" et d'être la "marionnette" de l'oligarque Igor Kolomoïski, propriétaire de la chaîne diffusant les spectacles de Volodymyr Zelensky. La police a par ailleurs ouvert une enquête après la publication cette semaine d'une parodie d'un clip de campagne de M. Zelensky dans laquelle il est écrasé par un camion. La fin de la vidéo montre de la cocaïne aspirée par un billet de banque, allusion à une possible addiction. Le camp de Zelensky a accusé celui de Porochenko d'être à l'origine de clip, ce qu'il a démenti. Jeudi soir, lors d'un échange téléphonique à la télévision, le comédien a raccroché au nez du président ukrainien après l'avoir interrompu à plusieurs reprises, ce qui a suscité des réactions indignées. L'ancienne candidate Ioulia Timochenko, arrivée troisième du premier tour, a appelé à ne pas "détruire" le statut de chef de l'Etat. Après avoir chacun passé des tests de dépistage de drogue et d'alcool, les deux candidats se sont également longuement chamaillés sur l'organisation d'un débat. Alors que Petro Porochenko propose un échange ce dimanche, M. Zelensky a finalement dit être prêt à débattre vendredi prochain, deux jours avant le second tour. (Belga)

Vos commentaires