En ce moment
 
 

Des erreurs dans l'énoncé de l'épreuve de maths du baccalauréat ES

Des erreurs dans l'énoncé de l'épreuve de maths du baccalauréat ES
Jean-Marc Huart, directeur de l'enseignement scolaire, le 24 janvier 2018 à ParisJACQUES DEMARTHON

Des erreurs se sont glissées dans l'énoncé de l'épreuve de mathématiques passée vendredi par les candidats au bac des séries ES, L et S, a indiqué le ministère de l'Education, qui assure que les élèves ne seront pas pénalisés.

Un des exercices, réservé aux candidats ES qui avaient pris la spécialité maths, demande de donner "une matrice d'adjacence" alors qu'il fallait donner une "matrice de transition".

Dans la partie commune à tous les candidats ES et L, un exercice demande de se référer à l'annexe 1 alors qu'il fallait se référer à l'annexe 2, a précisé le ministère, confirmant des informations de France Info.

Enfin, dans le sujet de mathématiques de la série scientifique (S), il est écrit que les "quatre questions de l'exercice sont indépendantes" alors que cet exercice comporte en réalité cinq questions.

Ces erreurs "porte(nt) sur une partie extrêmement minime de chacun des deux sujets", a indiqué vendredi Jean-Marc Huart, directeur général de l'enseignement scolaire, numéro 2 du ministère de l'Education nationale, lors d'une conférence de presse, ajoutant que la "difficulté a été identifiée très rapidement".

Pour les séries ES et L, les coquilles portent sur 0,2 points sur 20, alors que pour les séries S, cela réprésente 0,25 points sur 20, a précisé le ministère.

Des correctifs ont été envoyés aux 4.635 centres d'examens, qui les ont "transmis aux élèves le plus rapidement possible", a ajouté Jean-Marc Huart.

"Nous avons parallèlement transmis des consignes aux correcteurs de manière que les élèves ne soient absolument pas lésés", a assuré la rue de Grenelle.

"Les élèves ne seront en aucun cas pénalisés par ces difficultés qui malheureusement arrivent", a insisté le ministère.

Ces épreuves ont également été touchées par des "suspicions de fuite" a annoncé M. Huart lors de la même conférence de presse. Le ministère a porté plainte mais n'envisage pas "à ce stade" d'annuler l'épreuve.

Vos commentaires