En ce moment
 

Match emplois/salaires: la croissance repart, pas encore les salaires

Match emplois/salaires: la croissance repart, pas encore les salaires

Stewards d'Air France, employés des sociétés d'autoroutes Vinci... depuis le début de l'année, les salariés réclament des augmentations. Mais, pour l'instant, la hausse des salaires reste "contenue" malgré la reprise économique, la baisse du chômage et les créations d'emplois.

La croissance repart. Les créations d'emplois dans le secteur privé ont connu un pic, avec 268.800 emplois crées en 2017. Quant au taux de chômage, il a atteint fin 2017 son plus bas depuis 2009, à 8,9%, faisant dire à la ministre du Travail que la décrue du chômage de masse était "amorcée".

Dans le même temps, la "progression des salaires reste contenue", relève Bruno Ducoudré, économiste à l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Traditionnellement, les économistes considèrent que la baisse du chômage entraîne une hausse des salaires.

Dans sa dernière note de conjoncture, publiée mardi, l'Insee considère que le taux de chômage "reste élevé" en France et qu'il "ne soutient pas encore fortement les hausses de salaires".

"Il peut y avoir un délai entre le moment où l'on commence à avoir suffisamment de créations d'emplois et des tensions sur les recrutements et le moment où cela commence à se voir dans les statistiques", fait valoir M. Ducoudré.

En 2017, selon le cabinet Deloitte, les augmentations ont été de 2,5% pour les cadres et 2,1% pour les non cadres. Pour 2018, les cabinets LHH-Altedia et Deloitte pronostiquent des hausses de salaires entre 1,8% et 2%.

L'économiste Patrick Artus (banque Natixis) voit dans cette hausse "contenue", si elle se confirmait, "une amélioration considérable du fonctionnement du marché du travail". "Car au lieu d'avoir davantage de salaires qui mangeront le surplus de la reprise, il y aura davantage de CDI", a-t-il affirmé récemment au cours d'une rencontre au ministère du Travail.

Les négociations annuelles obligatoires, les fameuses "NAO", ont commencé et les salariés mettent leurs directions sous pression. Air France a ainsi connu vendredi une deuxième journée de grève pour obtenir une augmentation générale de 6%.

- "Pouvoir de négociation érodé" -

"La croissance repart, mais à qui profite la croissance? L'argent ne ruisselle pas, il coule de tous les côtés, sauf pour les salariés. La mobilisation sur les salaires repart, c'est nouveau, et nous allons y contribuer", a lancé le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en début de semaine.

Du fait de "réformes qui ont eu lieu depuis une trentaine d'années", "le développement des CDD, de l'intérim, du temps partiel, des petits boulots, qui va de concert avec les baisses de cotisations sociales", ont aussi un impact, explique M. Ducoudré.

"Les petits boulots précaires sont généralement moins bien rémunérés. Et quand vous êtes à temps partiel ou en CDD vous n'allez pas négocier des augmentations de salaires", développe-t-il. Si bien qu'"au fil des années et des réformes, le pouvoir de négociation, s'est érodé", ajoute-t-il. Ceci allant de pair avec une "diminution de la représentation syndicale".

Interrogée sur les revendications salariales qui pointent, la ministre Muriel Pénicaud, a expliqué que c'était du ressort de la "négociation dans les entreprises". "Il y a un équilibre à trouver entre les augmentations générales, qui concernent principalement les bas salaires, la performance individuelle qui peut concerner tous les niveaux mais aussi la performance collective", a-t-elle ajouté.

Depuis quelques années, la tendance est à l'individualisation plutôt qu'à des augmentations générales. La loi "Pacte" portée par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, vise l'intéressement et la participation des salariés, notamment dans les entreprises de moins de 50 salariés.

Quant au Smic, il a augmenté de 1,24% au 1er janvier, selon la formule de revalorisation automatique, sans coup de pouce. Abordée dans le rapport du groupe d'experts rendu public avant Noël, la désindexation du salaire minimum - actuellement indexé sur l'inflation et sur le salaire horaire brut des ouvriers et des employés - est une idée abandonnée pour l'instant par le gouvernement.

Vos commentaires