En ce moment
 
 

US Open: Federer frustré, Djokovic blessé, Flushing arrosé...

Protégés de la pluie par le toit du court Arthur-Ashe, Roger Federer et Novak Djokovic se sont qualifiés mercredi pour le 3e tour de l'US Open mais ni l'un ni l'autre n'était franchement satisfait: le Suisse était frustré, le Serbe blessé.

Dans le tableau féminin, Serena Williams, ainsi qu'Ashleigh Barty et Karolina Pliskova qui visent la place de N.1 mondiale à l'issue de ce dernier tournoi du Grand Chelem 2019, se sont qualifiées sans se montrer non plus souveraines.

Il a plu quasiment toute la journée sur New York mercredi et seuls les matchs programmés sur les courts Arthur-Ashe et Louis-Armstrong, dotés d'un toit rétractable, ont pu se jouer. Les 22 autres simples ont été reportés et notamment ceux impliquant les cinq Français prévus (Kristina Mladenovic, Fiona Ferro, Jérémy Chardy, Lucas Pouille et Grégoire Barrere).

Federer a encore lâché un set avant de trouver son rythme et de finalement battre le Bosnien Damir Dzumhur (99e) 3-6, 6-2, 6-3, 6-4.

Au premier tour déjà il avait perdu la première manche, alors "quand ça arrive comme ça deux fois d'affilée, c'est juste un peu frustrant, plus qu'autre chose... surtout quand ton niveau de jeu est si mauvais, que tu commets autant d'erreurs et que tu manques d'énergie...", a-t-il commenté.

- "20 fautes directes" -

"Je savais ce que Dzumhur allait m'opposer, mais je ne m'attendais pas à commettre 15-20 fautes directes" au premier set, a-t-il déploré. En réalité, il en a commis 17 pour un total de 45 sur l'ensemble du match.

Le tenant du titre Djokovic, lui, a dû surmonter une douleur "violente et imprévisible" à l'épaule gauche pour éliminer l'Argentin Juan Ignacio Londero (56e) 6-4, 7-6 (7/3), 6-1.

"La douleur à l'épaule m'a gêné au service et en revers", a avoué le N.1 mondial qui a fait venir plusieurs fois pendant le match le médecin sur le court pour se faire masser. Jeudi, il ira voir des spécialistes de la médecine du sport et espère pouvoir jouer "sans douleur" dans deux jours.

"Au milieu du premier set, je ne savais pas si j'allais pouvoir aller au bout. Je suis très heureux de l'avoir fait", a-t-il reconnu en révélant qu'il souffrait depuis deux semaines.

"Certains jours, la douleur est forte, d'autres moins, ça fluctue", a-t-il souligné en rappelant qu'il avait encore été rarement blessé dans sa carrière et qu'il n'avait encore jamais ressenti ce type de douleur jusque-là.

- "Laisse sortir la Serena" -

Il n'a réellement été inquiété qu'au 2e set mais, compte tenu de sa douleur à l'épaule, il a avoué que le match avait été "très difficile à cause des nombreux longs échanges."

"Il n'a pas eu de chance à 3-0 et double break en sa faveur dans le deuxième set quand j'ai réussi à revenir", a-t-il expliqué à propos de son adversaire. "Ce deuxième set était crucial", a-t-il ajouté.

Le Japonais Kei Nishikori, 7e mondial et demi-finaliste l'an dernier, s'est lui logiquement qualifié en battant l'Américain Bradley Klahn (108e) 6-2, 4-6, 6-3, 7-5.

Chez les dames, Serena Williams qui avait humilié Maria Sharapova au 1er tour, s'est fait peur cette fois face à Cathrine McNally, une jeune compatriote bénéficiaire d'une wild card et qui n'était pas née lorsqu'elle a remporté le premier de ses six US Open, en 1999.

"Ce soir, j'ai survécu ! Je ne suis pas du tout contente de la façon dont j'ai joué, je promets de faire mieux", a analysé la joueuse de 37 ans qui vise à égaler le record de titres en Grand Chelem (24).

Au milieu du 2e set, "je ne pouvais pas jouer plus mal, alors je me suis dit +laisse sortir un peu la Serena !+", a-t-elle expliqué.

Elle a pourtant fait mieux que sa soeur aînée Venus, éliminée par l'Ukrainienne Elina Svitolina (5e) 6-4, 6-4.

Vos commentaires