En ce moment
 
 

Brésil: les productions LGBT en proie à la censure sous Bolsonaro

Spectacles annulés, financements compromis: au Brésil, les artistes crient à la censure en pleine guerre culturelle menée par le président d'extrême droite Jair Bolsonaro, qui touche particulièrement les productions LGBT.

"On savait que l'arrivée au pouvoir de Bolsonaro (en janvier) allait être un tournant dramatique, mais même dans mes pires cauchemars je n'aurais pu imaginer que ce serait aussi terrible", explique à l'AFP Artur Luanda Ribeiro, de la compagnie de théâtre gestuel Dos à Deux, fondée à Paris en 1998 et installée au Brésil depuis 2015.

Son spectacle "Gritos" (Cris), créé en 2016, dans lequel il incarne une transsexuelle, a été déprogrammé d'une série de représentations de la compagnie la semaine dernière à Brasilia, au théâtre de la banque publique Caixa.

La série de représentations a failli être tout bonnement annulée, le contrat n'étant signé qu'au tout dernier moment, avec un seul des deux spectacles prévus à l'affiche, "Aux Pieds de la lettre", créé en 2001.

Caixa a confirmé à l'AFP que la compagnie avait bien proposé deux spectacles, mais qu'un seul d'entre eux avait été retenu, sans en expliquer le motif.

- "On a peur d'être fichés" -

Avec son compagnon André Curti, avec qui il crée tous ses spectacles, Artur Luanda Ribeiro craint à présent que tout nouveau projet de leur compagnie soit visé.

"On a peur que la compagnie soit fichée. Ils peuvent très bien dire : 'dos à deux, non'", s'alarme-t-il.

"J'ai travaillé sous la dictature militaire au début des années 80 et je me souviens que des censeurs assistaient aux répétitions et nous interrompaient en disant: 'ça, non'. La différence, maintenant, c'est que c'est caché, sous-entendu", dit André Curti.

Le président Bolsonaro se défend de pratiquer la censure, même s'il ne cesse de mettre en avant la nécessité de "filtres" dans les subventions destinées aux projets culturels.

"Je ne vais pas faire l'apologie des filtres culturels. Pour moi, ça a un nom: censure. Si c'est pour applaudir à la censure, je préfère être au chômage", avait affirmé Henrique Pires, ancien secrétaire à la Culture du gouvernement, qui a claqué la porte avec fracas fin août.

Son poste était l'équivalent de celui de ministre de la Culture, un portefeuille qui a tout simplement disparu sous le gouvernement Bolsonaro, étant absorbé par celui de la Citoyenneté, au même titre que les Sports.

Pour lui, "la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" a été la suspension d'un appel à projets de séries pour la télévision publique, dont quatre finalistes abordaient des thèmes LGBT.

Le 15 août, lors d'un Live sur Facebook, le président Bolsonaro lui-même a énuméré chaque projet, lisant les synopsis avec un sourire ironique.

"Celui-ci raconte l'histoire d'une ex-nonne lesbienne (...) Franchement, chacun fait ce qu'il veut avec son corps, mais dépenser de l'argent public pour ça...", a-t-il lancé, avant de jeter la feuille de papier.

"Encore un qui va à la poubelle", s'est-il félicité.

- Sentiment de peur -

La série en question s'appelle "Religare Queer" et porte sur la présence d'homosexuels parmi les fidèles de grandes religions "traditionnellement homophobes".

Son scénariste Kiko Goifman ne décolère pas: "c'est une décision complètement arbitraire, on a été censuré".

Il est également coréalisateur du film "Bixa Travesty", qui a remporté le Teddy Award, trophée LGBT du Festival de Berlin, mais n'a toujours pas pu être distribué au Brésil, bien qu'il soit sorti dans plus de 25 villes en France.

"L'an dernier, nous avons remporté un prix de 200.000 réais (environ 43.000 euros) de Petrobras (compagnie pétrolière publique) censé couvrir les coûts de distribution. Mais une personne de Petrobras m'a appelé pour me dire qu'ils n'allaient plus payer, sans donner de raison", révèle-t-il.

Sollicité par l'AFP, Petrobras a attribué cette décision à une "reformulation de stratégie de sponsoring culturel".

Kiko Goifman espère obtenir gain de cause devant la justice, mais il se sent bâillonné, sachant que tout ce qu'il dit peut être retenu contre lui dans un procès.

"C'est une autre forme de censure. On a peur de parler à cause des questions juridiques", conclut-il.

Si les productions LGBT sont touchées de plein fouet par la censure, celle-ci s'étend également à d'autres cercles.

Felipe Haiut, comédien et scénariste, ressent également une forme de peur. "Dès que j'ai une idée, je dois me demander si je ne vais pas être attaqué en ligne, si je vais obtenir un financement. Même les entreprises ont peur de nous financer en ce moment" raconte-t-il.

Vos commentaires