Cyclisme: Alaphilippe, Bardet, Roux et Gallopin sélectionnés

Cyclisme: Alaphilippe, Bardet, Roux et Gallopin sélectionnés
Julian Alaphilippe meilleur grimpeur du Tour de France le 29 juillet 2018Jeff PACHOUD

Le sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, Cyrille Guimard, a annoncé, dimanche à Plouay, que Julian Alaphilippe, Romain Bardet, Anthony Roux et Tony Gallopin disputeront les championnats du monde de cyclisme sur route en Autriche fin septembre.

À la fin du Tour d'Espagne, il annoncera les 4 autres noms retenus parmi 8 pré-sélectionnés: Warren Barguil (Fortunéo-Samsic), Lilian Calmejane (Direct Énergie), Kenny Elissonde (Sky), Guillaume Martin (Wanty-Groupe Gobert), Rudy Molard (Groupama-FDJ), Anthony Pérez (Cofidis), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Pierre Rolland (EF Éducation First-Drapac Canondale).

"Sur (le) type de parcours (des Mondiaux), la différence se fera vraisemblablement très tôt et il faudra garder un maximum de coureurs pour arriver au pied de cette bosse", a expliqué Guimard, en marge de la Bretagne Classic.

Avec ses 265 km et pas loin de 5.000 m de dénivelé, avec des pentes finales à 28%, le parcours de la course en ligne d'Innsbruck (Autriche), le 30 septembre, ne laisse guère de place au doute sur le profil du futur vainqueur.

"Ceux qui peuvent s'imposer sont les coureurs de grands tours, ceux qui jouent le top 5, maximum le top 10", a assuré Guimard.

"J'ai commencé la sélection en prenant deux coureurs qui ne se discutent pas, à savoir Julian Alaphilppe (...) et Romain Bardet, qui reste la valeur la plus sûre sur ce type de parcours", a justifié Guimard.

Le champion de France Anthony Roux et Tony Gallopin ont été choisis pour "accompagner" Alaphilippe et Bardet sur la partie roulante du parcours des Mondiaux.

"Il faudra trouver la meilleure composition (...) il y a des règles à respecter, cette année peut-être encore plus que les autres années. Il faudra une solidarité totale et que chacun assume ses responsabilités", a souligné le sélectionneur, qui refuse de parler de "leaders".

"Tous les coureurs ont avant tout un devoir, c'est de se mettre au service de l'équipe. (Si) on est celui qui a le plus de chances de l'emporter, à ce moment-là on assume ses responsabilités", a expliqué Guimard.

"Certains seront dans la sélection uniquement pour travailler et d'autres qui pourront jouer (leur carte) dans la dernière ascension. Mais je ne pourrai pas protéger trois coureurs jusqu'au pied de la bosse. Si on en a deux, ce serait déjà exceptionnel", a-t-il poursuivi.

"Dans la bosse ce sera chacun pour soi et dieu pour tous. Enfin s'il existe", a conclu le sélectionneur.

Vos commentaires