En ce moment
 
 

Gifle de la femme de l'ambassadeur en Corée: le Belge le plus connu dans le pays évoque des conséquences inattendues

 
 

Vous l'avez probablement appris par RTL info: une gifle à Séoul est devenue un incident diplomatique en quelques semaines. Tout a commencé le 9 avril dernier, lorsque Xiang Xueqiu, 63 ans et femme de l'ambassadeur de Belgique en Corée du Sud (Peter Lescouhier), a violemment giflé la vendeuse d'un magasin. D'après la presse coréenne, le personnel pensait que Xiang Xueqiu tentait de quitter l'établissement avec une tenue qu'elle venait d'essayer.

L'incident prend, depuis lors, une ampleur considérable, principalement parce que la vidéo d'une caméra de surveillance a été diffusée, et parce que les explications et excuses officielles n'ont pas été à la hauteur. La femme de l'ambassadeur évoque, qui plus est, son immunité diplomatique pour ne pas être poursuivie.

Pour bien comprendre la situation et ses conséquences, nous avons contacté Julian Quintart. Ce Belge de 33 ans, originaire de la région liégeoise mais habitant de Séoul depuis 17 ans, est un artiste qui a appris le coréen, et qui est assez célèbre, notamment dans les télévisions locales. On peut dire qu'il est le Belge le plus connu du pays...

"Cet incident a eu un impact sur moi aussi, car des personnes sont venues sur mes comptes de réseaux sociaux, me demandant de prendre position sur cette affaire. Elles ont aussi critiqué la Belgique en général, et à la limite, ont boycotté ma personne ici en tant que célébrité", nous a-t-il confié. "Et je ne suis pas le seul. Je sais que des marques belges, comme Stella Artois, Galler, Godiva ou Kipling, ont été visées par les critiques du peuple coréen".  

Au-delà du geste, pourquoi l'incident prend une telle ampleur ?

"Il y a deux grandes critiques. La première, c'est par rapport à l'immunité diplomatique, qui s'applique aussi à la famille de l'ambassadeur. Les Coréens critiquent cette immunité élargie, elle ne fait pas vraiment sens pour eux, ils voudraient un changement de la loi coréenne. L'autre critique, c'est la réponse de l'ambassade belge par rapport à l'incident, qui a été tardive (une semaine), maladroite (dans un mauvais coréen correspondant à du tutoiement), et je pense, pas suffisante. Du coup, j'ai dû répondre, moi, personnellement, aux télévisions et aux journaux qui m'ont demandé des interviews, qui voulaient savoir ce que les Belges en pensaient en Belgique. Je leur ai dit qu'on critiquait aussi en Belgique ce qui s'était passé ici, et que les Belges ne soutenaient pas la femme de l'ambassadeur et son geste".

Autre détail qui complique l'affaire: "La femme de l'ambassadeur est d'origine chinoise. Et il existe, ici, un racisme envers les personnes d'autres pays asiatiques. Et ça peut, peut-être, justifier le fait qu'elle se soit sentie agressée verbalement, ou maltraitée dans le magasin, et que donc, elle était fâchée. Mais de là à gifler une employée, c'est une réponse bien trop grave, qui ne s'excuse pas".

En conclusion, "il y a eu", selon Julian Quintart, "une mauvaise gestion de l'incident, une mauvaise compréhension du mode de fonctionnement des Coréens, et je trouve que de la part d'un diplomate dont le métier est d'être un professionnel de la diplomatie", c'est très surprenant.

Il estime que "la femme de l'ambassadeur devrait présenter des excuses publiques, en trouvant bien les mots, car en Asie en générale, la façon de s'excuser est très importante". D'autant plus que cette affaire intervient au moment où l'on doit célébrer les 120 ans des relations belgo-coréennes…




 

Vos commentaires