En ce moment
 

L'Australie se félicite d'un nombre d'immigrés au plus bas depuis 10 ans

L'Australie se félicite d'un nombre d'immigrés au plus bas depuis 10 ans
Un policier indonésien surveille des migrants du Sri Lanka qui voulaient aller en Australie mais sont restés bloqués par une panne au large de Banda Aceh en Indonésie, le 13 juin 2016CHAIDEER MAHYUDDIN

Le nombre de migrants accueillis en Australie est au plus bas depuis dix ans, résultat d'une politique d'immigration draconienne qui fait en sorte que seuls les meilleurs candidats sont acceptés, s'est félicité vendredi le gouvernement.

Le nombre d'immigrés accueillis sur des visas permanents a chuté de 20.000 en 2017, à 162.000, a déclaré le ministre de l'Intérieur Peter Dutton. Les visas octroyé aux professionnels qualifiés comme les visas familiaux sont en recul.

Il s'agit du chiffre le plus faible depuis dix ans et il s'explique par le durcissement des procédures d'évaluation, a-t-il ajouté.

"On s'assure que les gens qui viennent pour faire partie de notre famille australienne arrivent pour travailler, pas pour vivre sur le compte des allocations sociales", a-t-il déclaré à la presse à Brisbane.

"Si on a un programme d'immigration solide comme le nôtre, et qu'on est sûr des entrants qui arrivent via ce programme, qu'ils vont être productifs, qu'ils vont travailler dur, qu'ils ne vont pas vivre au crochet de la société (...), il y aura des bénéfices économiques".

L'immigration est un sujet sensible en Australie, où certains disent avoir peur pour leur emploi et trouvent que les villes sont trop peuplées.

L'opposition travailliste a salué la baisse du nombre d'immigrés mais déclaré que le gouvernement devait en faire plus pour les centaines de migrants arrivés illégalement et qui sont dans des centres de rétention offshore.

L'Australie refoule systématiquement les bateaux de clandestins. Ceux qui parvenaient quand même à passer à travers les mailles du filet sont exilés dans des camps de rétention reculés du Pacifique. Même si leur demande d'asile est jugée fondée, ils ne sont pas acceptés sur le sol australien.

Les défenseurs des droits de l'Homme, ainsi que l'ONU, ont étrillé un pays riche qui tourne le dos à des populations vulnérables mais Canberra se félicite d'une politique efficace qui a largement dissuadé les clandestins de gagner ses rivages.

"On a eu des suicides, on a toute une série de maladies mentales et le gouvernement s'est trompé sur cet aspect là de la politique", a regretté le parlementaire travailliste Anthony Albanese.

M. Dutton a fait valoir la nécessité de lutter contre les passeurs, ajoutant que cette sévérité permettait à l'Australie d'accueillir légalement des demandeurs d'asile.

"L'année dernière, on a accueilli le plus grand nombre de réfugiés qu'on ait accueilli depuis des dizaines d'années. On a pu le faire car on a sécurisé nos frontières".

Le programme d'accueil humanitaire de Canberra, qui est exclu du décompte des immigrants permanents, a concerné près de 22.000 personnes pour 2016-17.

Vos commentaires