En ce moment
 
 

Plusieurs milliers de manifestants libanais en soutien au président Aoun

Plusieurs milliers de manifestants libanais en soutien au président Aoun

(Belga) Des milliers de personnes ont participé dimanche à un rassemblement en soutien au président Michel Aoun, confronté depuis plus de deux semaines à un soulèvement populaire inédit contre l'ensemble de la classe dirigeante libanaise.

Des manifestations anti-pouvoir sont, elles, prévues dans l'après-midi au coeur de Beyrouth, sur la place des Martyrs, épicentre de la contestation depuis le 17 octobre: les protestataires y réclament "la chute du régime" et fustigent des dirigeants politiques jugés corrompus et incompétents. À Baabda, petite ville situé au sud-est de la capitale, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans la matinée sur la route menant au palais présidentiel, brandissant des drapeaux libanais et les étendards orange aux couleurs du parti de M. Aoun, le Courant patriotique libre (CPL). Certains participants étaient vêtus en orange, d'autres brandissaient des portraits du président de 84 ans. "Nous sommes là, général, on ne va pas te laisser tant qu'on sera vivant", pouvait-on lire sur une pancarte. D'autres encore ont défendu le bilan du chef de l'État, un ancien général qui a dirigé autrefois l'armée libanaise. "Il y a de la corruption au sein de l'État depuis 30 ans, le président n'en est pas responsable, il essaye de lutter contre la corruption", a assuré une manifestante. Les participants ont dénoncé les manifestants anti-pouvoir qui réclament le départ de M. Aoun, tout en disant qu'ils partageaient les demandes de la contestation - réformes et lutte contre la corruption - et que le chef de l'État était le seul qui pouvait les concrétiser. Avec ses alliés, notamment le mouvement chiite du Hezbollah, la formation de M. Aoun domine le parlement. Les manifestations anti-pouvoir attendues à Beyrouth sont organisées sous le slogan du "dimanche de l'unité". Samedi soir déjà, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Tripoli, grande ville du nord où la contestation ne faiblit pas. Le rassemblement a attiré des Libanais venus de tout le pays. Mardi, le Premier ministre Saad Hariri a annoncé la démission de son gouvernement. Les manifestants réclament la formation d'une nouvelle équipe ministérielle composée de technocrates. Par le passé, ils ont aussi réclamé la dissolution du parlement. (Belga)

Vos commentaires