En ce moment
 

Turquie: des dizaines de milliers de supporters au meeting du principal opposant d'Erdogan

Turquie: des dizaines de milliers de supporters au meeting du principal opposant d'Erdogan
Des dizaines de milliers de Turcs supporteurs du candidat à la présidentielle Muharrem Ince, rassemblés le 21 juin 2018 à IzmirAli EGE

Des dizaines de milliers de Turcs ont exprimé jeudi leur soutien à Muharrem Ince --principal opposant du président sortant Recep Tayyip Erdogan, à l'élection présidentielle de dimanche--, lors d'un rassemblement électoral à Izmir.

Les organisateurs ont affirmé que 2,5 millions de personnes ont participé à cette manifestation, mais il n'a pas été possible de confirmer cette information de source indépendante.

Selon des analystes, Muharrem Ince pourrait affronter lors d'un deuxième tour le 8 juillet M. Erdogan dans sa course à la magistrature suprême.

"Erdogan est une personne fatiguée, esseulée (...) un homme arrogant qui n'a pas de respect pour son peuple", a lancé M. Ince à la foule.

Si M. Erdogan reste l'homme politique le plus populaire en Turquie et devrait arriver en tête du volet présidentiel du double scrutin, les sondages montrent qu'il n'est pas assuré de récolter les 50% des voix qui lui permettraient d'être élu dès le premier tour.

"La Turquie veut respirer, veut la paix, veut la sérénité", a jugé M. Ince lors d'un entretien à l'AFP. "Pas un homme épuisé, pas un homme qui crie et vocifère. Quelqu'un de plus jeune, du sang frais", poursuit ce tribun de 54 ans, de 10 ans le cadet de M. Erdogan.

Candidat de la principale formation d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), M. Ince s'est imposé comme le détracteur le plus virulent de M. Erdogan, qui règne sans partage sur la scène politique turque depuis 2003, comme Premier ministre d'abord, puis comme président.

Pour sa part, M. Ince s'engage, s'il est élu, à gouverner "sans exclure personne". "Femme voilée ou non voilée, de gauche ou de droite, Turc ou Kurde, alévi ou sunnite, il n'y a aucune différence", soutient-il.

Vos commentaires