Nicolas dépité car des gens du voyage ont occupé et dévasté le champ qu'il préparait depuis 2 ans pour développer une culture bio

Un agriculteur d’Ottignies est en plein désarroi. Des gens du voyage ont occupé ce weekend un champ qu'il préparait depuis deux ans pour développer une culture bio. La ville dispose pourtant d'un terrain d'accueil pour les gens du voyage, c'est d'ailleurs la seule commune du Brabant Wallon équipée d'un tel espace. Pourquoi les gens du voyage n’ont-ils pas utilisé celui-là ? Quentin Ceuppens et Alain Hougardy ont rencontré l’agriculteur pour le RTLinfo 13H.

Des dizaines de kilos de déchets éparpillés un peu partout dans cette parcelle, des traces de pneus, c’est ce qui reste du passage éclair de gens du voyage. Pour Nicolas Braibant, agriculteur bio, c’est une catastrophe. "C’est une culture qui a été semée deux fois parce qu’on a raté le semis en été l’année passée. Avec des semences bio, des semences qui coûtent cher. Et quand tout est prêt, tout est préparé pour avoir enfin la récolte, il y a un envahissement de 30 caravanes", détaille l’agriculteur au micro de Quentin Ceuppens pour le RTLinfo 13H.


"On a retrouvé leurs excréments à la place"

À côté du champ, un projet de jardin comestible en entreprise fait aussi les frais de ce camping improvisé. "Ici on avait profité du sous-bois pour planter des champignons lors de l’inauguration d’Incredible Oasis, il y avait tout un atelier très sympa, on a retrouvé leurs excréments à la place. Et à côté il y avait un ring de boxe ici", raconte Vincent Vandoorne, de l’Incredible Oasis, face à la caméra d’Alain Hougardy.


Et les oiseaux en pleine nidification?

Sur le même terrain, le garde forestier s’inquiète également des conséquences sur les oiseaux, en pleine nidification. "Vous imaginez ici une soixantaine de personnes, chaque individu a un besoin naturel et légitime à satisfaire au moins deux fois sur la nuit très probablement. Maintenant je n’aurai plus un oiseau qui va siffler là dans le coin. Ils vont devoir dégager, toutes les nichées sont foutues", affirme Jean-Claude Mangeot, garde forestier d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.


Manque d'information?

Pourtant, quelques kilomètres plus loin, il y a un terrain mis à disposition des gens du voyage depuis 2004. C’est le seul qui existe en Brabant Wallon. Il est donc difficile de savoir si les visiteurs ont volontairement fait preuve de négligence ou s’il s’agissait simplement d’un manque d’information.

Vos commentaires