En ce moment
 
 

Bruxelles: le viaduc Hermann Debroux va disparaître

L'autoroute E411 qui prolonge son flux autoroutier jusqu’à Delta, ce sera bientôt fini. Le gouvernement bruxellois actera ce jeudi la démolition du viaduc Herrmann-Debroux et la transformation de l’entrée sud de la ville en boulevard urbain.

Un vaste projet de réaménagement de tout le périmètre a été dessiné avec la création d'un centre sportif de la forêt de Soignes à Delta, un site propre pour le tram 8 (prolongé jusqu’à Rouge-Cloître) et un parking de dissuasion.

Suat tient un garage au tout début du viaduc. Si, pour lui, sa destruction sera une bonne chose, il se demande tout de même si les alternatives seront suffisantes. "Il n'y a aucun mobilité de ce côté-ci de la ville, du moins jusqu'à Hermann-Debroux. Si on coupe le viaduc, que va-t-il se passer avec toutes ces voitures?", a-t-il confié au micro de RTL INFO.

Que deviendront ces 35.000 voitures qui empruntent le viaduc chaque jour ? C’est la question que se posent certains habitants. Les ministres bruxellois leur répondent : la destruction du viaduc ne démarrera pas avant 4 ou 5 ans. Elle est imbriquée dans un vaste plan d’aménagement, dont l'objectif est de repenser la façon d’entrer dans Bruxelles, avec plusieurs pistes de solution. "On doit prolonger le tram 8 jusqu'au centre sportif Adeps, explique Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilié, tête de liste "One Brussels sp.a" pour la Région bruxelloise. On doit créer un park & ride dans la même zone, pour faire en sorte qu'il y ait des alternatives."

"Il y a un projet qui circule en Flandre qui rejoint, à partir de Jezus Heik, un réel aménagement non plus autoroutier, mais urbain, affirme Didier Gosuin, ministre bruxellois de l'Economie (DéFI). On va dans le même sens. Et de toute façon, on y sera contraint."

A dix jours du scrutin, l’opposition reproche au gouvernement de foncer tête baissée. Le MR regrette que le plan n’ait pas été discuté en commission parlementaire. Ecolo craint que les alternatives ne soient pas suffisantes. Dans tous les cas, la prochaine législature devrait bien poursuivre le projet.

Vos commentaires