En ce moment
 
 

Chômage à Bruxelles: de 17.000 à 25.000 chômeurs de plus au premier semestre 2021

Chômage à Bruxelles: de 17.000 à 25.000 chômeurs de plus au premier semestre 2021
 
 

Selon un tout récent rapport de l'observatoire bruxellois de l'Emploi et de la Formation, view.brussels, on devrait dénombrer entre 17.000, voire et 25.000 demandeurs d'emplois de plus au premier semestre de l'année prochaine en Région bruxelloise, a affirmé jeudi le ministre bruxellois de l'Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI). Celui-ci a été entendu jeudi, tout comme la secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de la Transition économique, Barbara Trachte (Ecolo) par les membres de la commission spéciale Covid-19 du parlement bruxellois, qui souhaitaient avoir un bilan des mesures prises en matière d'emploi et de soutien à l'économie dans le contexte de la pandémie.

Deux possibilités

Disant avoir reçu un nouveau rapport de view.brussels cette semaine, M. Clerfayt a évoqué deux scenarii mentionnés dans le document. En cas de déconfinement progressif et sur la base des données de perspective.brussels et de l'OCDE, view.brussels prévoit une hausse d'environ 17.000 chercheurs d'emploi en juin 2021. En cas de confinement prolongé et renforcé ainsi que sur base des données de perspective.brussels et de l'OCDE, l'observatoire prévoit une hausse d'environ 25.000 unités en juin prochain. D'après le ministre, cette hausse s'explique tant par l'arrivée de nouveaux chercheurs d'emploi que par la baisse du taux de sortie.

Les jeunes plus impactés

M. Clerfayt a ajouté que pour le moment, le Fédéral arrive à contenir en grande partie l'impact de la crise en matière de suppression direct d'emplois et d'entreprises, par la biais, notamment, du moratoire sur les faillites mais également des mesures de chômage temporaire de force majeure. Ainsi, au mois d'octobre dernier, le taux de chômage bruxellois s'élevait à 16,0%, une augmentation de 2.426 personnes (+2,7%) par rapport au même mois de l'année dernière. Ce taux n'a d'ailleurs commencé à augmenter qu'à partir du mois d'août. Le taux de chômage des jeunes a quant à lui atteint 27,9% au mois d'octobre dernier, soit une augmentation annuelle de 7,4%.

Cette augmentation importante est moins forte que les mois précédents. En septembre, la hausse de chômage des jeunes s'élevait à 12,8% et en août, elle grimpait même à 18,9%, a-t-il nuancé. Les jeunes ont d'ailleurs été les premiers a subir les conséquences de la crise sanitaire sur le marché de l'emploi puisque ce taux augmente depuis le mois de mai. C'est pourquoi les mesures du Plan de Relance tiennent compte des profils des chercheurs d'emploi à soutenir, a dit le ministre. Bernard Clerfayt s'est globalement voulu très prudent par rapport aux prévisions. "Il convient de ne pas perdre de vue que ce n'est que lorsque les mesures mises en place par le Fédéral viendront à terme que l'impact réel de la crise en matière d'emploi pourra être connu", a-t-il souligné.




 

Vos commentaires