En ce moment
 
 

Le calme est revenu à Schuman après le rassemblement de milliers de personnes

  • L''ambiance à Schuman où des milliers de manifestants sont rassemblés

  • Ambiance%20tendue%20%C3%A0%20Schuman%20apr%C3%A8s%20le%20rassemblement%20de%20milliers%20personnes

  • Des%20milliers%20personnes%20en%20route%20vers%20Schuman%20apr%C3%A8s%20un%20rassemblement%20au%20Bois%20de%20la%20Cambre

 
 
 

Des centaines de manifestants - un millier selon la police, mais sans doute davantage - de différentes nationalités mais ayant en commun leur rejet du masque et des vaccins contre le coronavirus sont arrivés samedi peu après 18h00 au rond point Schuman à Bruxelles aux cris de "liberté". 

Ils ont, en dépit de l'interdiction initialement signifiée à deux rassemblements distincts, été autorisés par la police à quitter le Bois de la Cambre où ils s'étaient rassemblés dans l'après-midi pour dénoncer les mesures sanitaires imposées un peu partout en Europe à la suite de la pandémie de coronavirus et la politique vaccinale adoptée par les pays européens.

Les forces de l'ordre, présentes en nombre, ont accompagné le cortège dans sa progression dans Bruxelles, sous la surveillance d'un hélicoptère.  La dispersion de la manifestation, accompagnée de quelques lancers de pétards et quelques frictions, s'est produite peu avant 19h

L'absence de port du masque et des revendications en faveur de la fin des restrictions "aux libertés fondamentales, dont celle de pouvoir refuser la vaccination, en particulier pour les enfants", unissaient ce cortège hétéroclite. Il comprenait de nombreux Néerlandais, mais aussi des Allemands, des Luxembourgeois et des Polonais.

 

Les Néerlandais étaient particulièrement nombreux

Un peu plus tôt (entre 15h et 17h), plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées au Bois de la Cambre à Bruxelles, sans guère de respect des mesures sanitaires imposées à la suite de la pandémie de coronavirus, pour dénoncer ces restrictions et la politique vaccinale adoptée par les pays européens. Le rassemblement a attiré des opposants aux vaccins venus de plusieurs pays européens, mais aussi des soutiens à Jürgen Conings.

Les Néerlandais étaient particulièrement nombreux, dont certains portaient des parapluies jaunes porteurs de slogan comme "peace" et "amour". Mais certains d'entre eux portaient la veste de treillis de l'armée néerlandaise - voire l'uniforme complet - et un béret, a constaté sur place l'agence Belga.


 




 

Vos commentaires