En ce moment
 
 

"Nous aurions pu mourir": agressés sur l'E40 il y a un an, Jozef et Anne-Marie ont refait face à leur agresseur lors du procès

"Nous aurions pu mourir": agressés sur l'E40 il y a un an, Jozef et Anne-Marie ont refait face à leur agresseur lors du procès
© RTL INFO
 
 

Ce mardi s'ouvrait à Bruges le procès du chauffard qui a agressé un couple sur l'autoroute E40 avec une barre de fer. Il a présenté ses excuses, qu'ont refusé les victimes encore profondémet marquées par cette agression.

C'était il y a un an, Jozef Mertens et Anne-Marie Heusdens ont été agressés sur l'autoroute E40 entre Bruges et Ostende. Un chauffard s'est arrêté devant eux, est sorti de son véhicule avec une barre de fer et s'est dirigé en courant vers la voiture du couple. 

Ce mardi matin, le procès s'est ouvert à Bruges. Les deux victimes, Jozef et Anne-Marie, ont revu pour la première fois leur agresseur. Ils en font encore des cauchemars. "Avec ma femme, on en parle encore... tous les jours. Et chaque fois que j'emprunte cette route, ce que je fais souvent car je travaille dans la région, je me retrouve confronté à ça. C'est difficile... Et pour ma femme aussi, c'est difficile", confie Jozef Mertens.

L'homme de 41 ans est poursuivi pour tentative de meurtre, entrave méchante à la circulation et menace avec arme. "Mon client est en thérapie, il a déjà fait des progrès mais il reste du chemin à faire", informe Toon Deschepper, l'avocat du prévenu. 

Un an après les faits, le prévenu s'exprime: "Je ressens beaucoup de honte et je veux m'excuser", dit-il. Mais pour Jozef et Anne-Marie, c'est trop tard. "Nous aurions pu mourir. Celui qui n'a pas mon expérience sur la route aurait pu y rester", affirme Jozef, qui est moniteur de conduite.

Le jugement est attendu l'année prochaine. D'ici là, l'agresseur a interdiction de prendre le volant. 


 

Vos commentaires