En ce moment
 

"Malhonnêteté politique", "scandale": en colère, des habitants d'Ecaussinnes rejettent la coalition en place suite aux élections communales

Il y a comme un parfum de révolte dans la commune d'Ecaussinnes, située dans le Hainaut. Les listes minoritaires se sont regroupées et renvoient la liste "Ensemble", ayant obtenu 39% des voix, dans l'opposition. Une partie des habitants trouve cette situation intolérable. Ils iront manifester samedi pour exprimer leur désaccord.

À Ecaussinnes, la colère gronde car le grand gagnant du scrutin communal ne sera pas bourgmestre. Via le bouton orange Alertez-nous, David, un habitant, nous a prévenus qu'un rassemblement citoyen allait avoir lieu. "Samedi 20 octobre, 10h Grand-Place d'Ecaussinnes, nous allons nous rassembler contre la majorité électorale dont la population ne veut pas", écrit-il.

En réalité, une partie de la population seulement ne veut pas de cette majorité électorale. La raison? Le candidat Sébastien Dechamps a réuni 1850 voix de préférence et son parti Ensemble a obtenu 39% des voix, largement en tête. Mais ses adversaires, Ecolo, MR et PS ont scellé une alliance pour prendre la tête de la commune. Le socialiste Xavier Dupont reste bourgmestre, ce qui scandalise bien des citoyens de la commune.


"Je n'irai plus voter"

Dans le village, certains expriment un vrai ras-le-bol. "Pour finir, je ne vais plus aller voter, c'est tout", dit l'un d'eux au micro de nos reporters Loïc Verheyen et Pascale Hourman. D'autres, ne voient pas de problème aux alliances de listes minoritaires. "D'un point de vue statistique, ça reste plus de 50% pour la majorité sortante", calcule un habitant.

Certains parlent de "malhonnêteté politique"

A Ecaussinnes, c'est la deuxième fois que cette situation se produit. De nombreux électeurs ont l'impression qu'on leur a volé la victoire. "Celui qui a le plus de voix doit passer comme mayeur, voilà", dit un riverain. "J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi on ne tient pas compte de l'avis de la population", estime une autre. "Je suis en colère", exprime un homme. "C'est de la malhonnêteté politique pour moi", considère un dernier habitant interrogé.

Sur les réseaux sociaux, c'est le défouloir. Des insultes sont exprimées à l'encontre de la majorité. Deux pétitions circulent, dont celle de Mélanie. "Le but est de recompter les votes. Apparemment, il y aurait eu quelques soucis dans les décomptes, dans deux bureaux notamment", expliquent cette habitante révoltée au micro de nos reporters.

Mais les pétitions citoyennes n'ont pas de valeur juridique. Seuls les représentants des listes peuvent réclamer un recomptage des voix auprès du gouverneur. Pour l'instant, personne n'en a fait la demande.

Vos commentaires