En ce moment
 
 

Liège: un mort et deux blessés dans des affrontements entre bandes rivales, que s'est-il passé?

 
 

Une fusillade a éclaté ce vendredi à Bressoux, dans la commune de Liège. Un homme est décédé et deux autres ont été blessés lors d'une scène d'affrontement. La police a interpellé 28 personnes.

Ving-huit personnes ont été interpellées vendredi après une bagarre meurtrière à Bressoux, dans la commune de Liège. Elles ont été entendues par les enquêteurs ce samedi. Vers 19H, les auditions étaient toujours en cours pour tenter de déterminer les circonstances exactes des faits.

Rappel des faits

Une vidéo en particulier montre les événements qui se sont déroulés. Depuis une fenêtre situé à l'étage d'un bâtiment, un voisin filme la scène. Il est 17H30. Une berline noire de marque BMW est prise à partie par une bande de jeune. La portière conducteur ouverte, le véhicule ralentit puis accélère. La porte se ferme. Mais quelques mètres plus loin, la berline percute des véhicules stationnés. Sous les yeux stupéfaits des riverains, le groupe fond sur la BMW. Des coups de feu retentissent: le conducteur a été froidement exécuté.

Damien Leboutte procureur de division au Parquet de Liège, détaille le déroulement des faits: "Un véhicule avec une personne à bord d'origine tchétchène va être pris à partie par un groupe de personnes cagoulées. Les personnes vont porter de nombreux coups à l'aide de battes de baseball et de bouts de bois. Les vitres vont exploser. Le véhicule va essayer de redémarrer et va percuter malheureusement des véhicules en stationnement. Là, on va faire feu sur le conducteur, qui va décéder très rapidement". D'origine tchétchène, le conducteur de 39 ans est décédé. Deux jeunes ont été blessés durant les faits. 

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'facebook' pour afficher ce contenu.

Tournée quelques minutes avant les événements décrits ci-dessus à l'angle de l'avenue de Nancy et de la rue de Porto, une vidéo montre un individu exhiber une kalachnikov, la dresser en l'air et tirer plusieurs coups de feu. S'en est suivie une violente altercation entre deux bandes rivales, l'une tchétchène, l'autre kurde.

Les véhicules impliqués dans les affrontements ont été inspectés par le laboratoire scientifique. L'arme utilisée n'a pas été retrouvée. Un juge d'instruction, un médecin légiste et un expert balistique sont descendus sur place vendredi soir. La police s'est également déployée en masse.

©RTLINFO


©RTLINFO

Des conflits débutés jeudi?

Ces événements pourraient être liés à d'autres faits survenus jeudi soir. "Dans une station-service, où de nouveau, des personnes d'origine kurde et tchétchène se sont affrontées, avec l'intervention du propriétaire de la station et de deux clients, qui malheureusement vont voir les individus se retourner contre eux et recevoir des coups", précise Damien Leboutte. L'une des trois personnes subit un mois d'incapacité de travail. Trois personnes d'origine kurde ont été arrêtées.

Un appel aux représailles lancé

Suite à l'affrontement meurtrier de vendredi, un appel aux représailles a été lancé sur les réseaux sociaux. Des individus ont appelé à se réunir à nouveau dans les rues. Ce samedi, aucun affrontement n'a cependant été signalé.

La circulation des bus perturbée

Un bus du TEC a en outre été touché par un jet de pierre durant l'affrontement. En réaction, plusieurs lignes ont été déviées voire annulées durant le week-end. "Les TEC n'étaient pas visés mais, par précaution, les lignes 17, 60, 67, 68 et 69 ne passent plus par ce quartier et la ligne 18 est supprimée. Une évaluation de la situation sera faite dimanche soir", a précisé à Belga la porte-parole Carine Zanella. 
©RTLINFO

 
©RTLINFO
 
©RTLINFO
 
 ©RTLINFO


©RTLINFO
 
©RTLINFO 





 

Vos commentaires