En ce moment
 
 

Des parents apprennent que leur crèche ferme du jour au lendemain à Jambes: "J’ai remarqué que mon enfant changeait, il était devenu très irritable"

Une crèche a été fermée du jour au lendemain à Jambes, officiellement pour des raisons d'assurance. Selon nos informations, certains parents avaient porté plainte pour maltraitance, il y a plusieurs mois. Mais les autres n'avaient pas été mis au courant du problème.

Plusieurs parents ont eu la surprise de recevoir jeudi dernier un mail des responsables de la crèche de leurs enfants. Le message annonçait la fermeture de l’établissement dès le lendemain. "C’est aberrant de recevoir un mail pour nous informer un jeudi à 20 heures que le lendemain on ne pourra pas y déposer nos enfants", regrette Marie-Stéphanie.

La fée Bébibulle propose 15 places. Pour justifier sa fermeture, l’établissement invoque un problème d’assurance. "Nous supposons qu’ils ont actuellement des difficultés de gestion générale", avance Brigitte Marchand, la directrice de coordination "accueil" de l’Office de la Naissance et de l’enfance (ONE).


Des problèmes au niveau de l'alimentation ?

Deux mamans ont décidé de retirer leurs enfants de cette crèche à la mi-mars. Elles ont porté plainte auprès de l’ONE pour maltraitance. Amélie Lorphevre détaille les problèmes rencontrées avec sa fillette : "Le fait qu’on ait plaqué ma fille au sol, en portant son poids sur ses épaules. C’est un enfant de deux ans par rapport à un adulte qui pèse 60 ou 70 kg. Il y avait des cris, la privation de goûter". "Pour moi, il y avait de gros soucis au niveau alimentation, en tout cas pour ma fille. On la forçait", témoigne Lise Lorphevre, une autre maman. 

Suite à cette plainte, un plan d’accompagnement a été mis en place. Mais les parents auraient souhaité que des mesures plus sévères soient prises. Ils regrettent également de ne pas avoir été avertis de la procédure en cours. Ils s’inquiétaient depuis plusieurs mois.


"En cas de mise en demeure, tous les parents auraient été avertis"

"On avait conscience que nos enfants ne mangeaient pas correctement à la crèche, simplement par les dires des puéricultrices ou des stagiaires", pointe Marie-Stéphanie.  "J’ai remarqué que mon enfant changeait, il était devenu très irritable, très sensible", confie Alexandra Da Silva.

"Je rappelle qu’il y a un seul parent qui est plaignant et une deuxième personne qui s’est associée. Il y avait une enquête sur la plainte. Et alors la deuxième possibilité qu’on aurait pu rencontrer, c’est une mise en demeure de ce pouvoir organisateur, donc de cette crèche. Ce qui n’était pas encore le cas. Donc à partir du moment où il y aurait eu une mise en demeure, bien sûr nous aurions avertis tous les parents", tempère Brigitte Marchand, la directrice de coordination "accueil" de l’Office de la Naissance et de l’enfance.

L’ONE va recevoir les parents, pour aider notamment ceux qui recherchent une maison d’accueil. Les responsables de la crèche n’ont pas répondu à nos sollicitations.

Vos commentaires