En ce moment
 
 

Laurent veut vendre un livre sur 2ememain.be, mais ne tombe que sur des tentatives d'arnaques: le faux email "Paypal" était la plus redoutable

Laurent veut vendre un livre sur 2ememain.be, mais ne tombe que sur des tentatives d'arnaques: le faux email
arnaque, 2ememain.be, seconde main, Web

Nous devons hélas, à nouveau, évoquer une arnaque sur un site internet très populaire d'achat et de vente d'objets de seconde main. La stratégie est bien connue – nous en avons déjà parlé sur RTL info – mais visiblement pas assez, car Laurent est passé à deux doigts de perdre une petite fortune. Explications.

On ne cesse de vous le répéter sur RTLinfo.be: soyez prudents lorsque vous achetez ou vendez sur internet. Quel que soit le site, il faut toujours identifier clairement le vendeur avant de conclure un achat. Il en va de même lorsque vous vendez un objet: n'envoyez rien avant d'avoir clairement reçu l'argent.

La mésaventure de Laurent, un habitant de la région de liégeoise de 32 ans, doit servir de nouvel avertissement dans ce sens. Alors qu'il essaie actuellement de vendre un livre sur la Coupe du Monde de football de 1994 sur 2emain.be, il ne reçoit que des tentatives d'arnaque. Et la première a bien failli fonctionner: "Le service PayPal me demandait d'envoyer 5 recharges Néo-surf de 100€ pour que je puisse débloquer l'argent envoyé par l'acheteur", nous a-t-il expliqué après avoir contacté la rédaction de RTL info via la page Alertez-nous.


Un livre sur la coupe du monde

Il y a quelques semaines, Laurent a décidé de vendre un grand livre sur la coupe du monde de football 1994 aux Etats-Unis, avec de grandes photos. Il place une annonce sur le site 2ememain.be.

Un collectionneur lui ayant précisé qu'il s'agissait d'un livre assez rare, il fixe le prix à 150€, car "il est en très bon état, et mis dans un plastique pour le protéger".

Assez vite, "par email, j'ai été contacté par une dame, Carolle, qui se montrait très intéressée, le prix lui convenait: elle m'a demandé mes coordonnées complètes, le prix, etc".

laurent_livre
Le livre que Laurent essaie de vendre 150€ sur 2ememain.be

Il ouvre un compte PayPal

L'avantage d'un site comme 2ememain.be, c'est qu'il est possible de limiter l'éloignement géographique du vendeur, afin de privilégier une remise et un paiement en main propre. C'est la formule la plus sûre.

Mais l'acheteuse du livre de Laurent "est très occupée par son travail", et n'a pas le temps de venir chercher le livre en main propre. Elle souhaite se faire livrer par la poste, elle dit qu'elle habite en Belgique et lui donne une adresse.

"Elle m'a demandé de faire le paiement via PayPal. Je n'ai pas de compte PayPal donc je décide d'en ouvrir un, après avoir demandé à mon papa et à un cousin si c'était bien prudent. Ils m'ont dit qu'ils utilisaient parfois PayPal, donc je ne me suis pas méfié".

Ne connaissant pas PayPal, et étant sans doute un peu aveuglé par le fait d'avoir trouvé un acheteur, Laurent a suivi à la lettre les consignes données par Carolle. Par email, elle lui demande ses coordonnées complètes (dont le numéro de téléphone), et l'email utilisé pour le compte PayPal. Rien de terrible jusque-là.

Elle lui promet "de faire le paiement tout à l'heure", dans une conversation par emails que nous avons pu lire. Un peu plus tard: "J'ai fait le paiement, vous l'avez bien reçu ?". Mais le compte PayPal de Laurent n'est pas crédité.


Des faux emails de PayPal

Vu qu'elle connait l'email que Laurent a utilisé pour son compte PayPal, la prétendue Carolle (qui est probablement un sombre arnaqueur planqué dans un cybercafé de Côte d'Ivoire) lui envoie un message avec une autre adresse email, grossièrement maquillée en adresse PayPal: "member.securise.payapl@outlook.fr".

Notez au passage que les fournisseurs d'emails gratuits comme Outlook et Gmail interdisent la mention 'paypal' dans l'email, raison pour laquelle l'arnaqueur utilise 'payapl'…

Laurent ne voit rien venir et suit la procédure biscornue fournie dans l'email très mal rédigé. Il doit d'abord envoyer le livre par la poste et fournir à PayPal le numéro de suivi. Ce qui est bien inutile, car l'adresse mentionnée n'existe pas. L'envoi effectif du livre par la poste n'est qu'un prétexte pour coincer la victime, afin qu'elle ne puisse plus faire marche arrière.  

laurent_email
Le faux email de PayPal reçu par Laurent

L'arnaque au grand jour: il faut payer 500€ en recharge Néo-surf pour authentifier son compte PayPal !

Si jusqu'alors (à part la fausse adresse email de PayPal), l'arnaque était plutôt subtile, tout part en vrille quelques échanges d'emails plus tard.

Laurent communique le numéro de suivi. Et reçoit un peu plus tard un email encore plus mal rédigé, lui accusant bonne réception du numéro de suivi et du colis (déjà!).

Mais la suite est grotesque: "Nous vous informons que vous devez activer votre compte PayPal au niveau de notre serveur International en vous acquittant de Cinq (5) cartes de recharges Néo-surf d'un montant de €500,00 EUR afin de nous permettre d'effectuer le versement sur votre compte PayPal", peut-on lire dans cette grossière imitation d'email en provenance de PayPal.

L'arnaque se révèle au grand jour. Au-delà de la requête audacieuse exigeant de verser 500€ pour authentifier un compte, la demande de paiement via des codes de recharge Néo-surf est un classique des arnaques en ligne. Anonymes, ces codes permettent de faire des achats en ligne sur différents type de sites. Vous trouverez des explications plus complètes dans une autre arnaque que nous avons traitée il y a quelques mois.


Laurent ne se laisse pas faire: il reçoit des menaces

Fort heureusement, Laurent, qui se doute de plus en plus qu'il s'agit d'une arnaque, n'a pas les 500 € à disposition pour prétendument authentifier le compte PayPal. Il le signale dans sa conversation par email avec le faux service PayPal, et dans celle avec la prétendue Carolle.

Les deux parties insistent avec des arguments différents, prétendant que ladite Carolle a déjà payé 500€ pour authentifier son compte, et qu'ils sont prêts à l'aider pour payer cette somme.

Quelques emails plus tard, ils en viennent aux menaces, utilisant l'argument "Nous avons vos coordonnées" et "Vous risquez 10 ans de prison pour tentative d'escroquerie". C'est le monde à l'envers. Laurent reçoit même un appel téléphonique, mais il a beaucoup de mal à comprendre son interlocuteur, et lui raccroche au nez.

Heureusement, sa cousine, à qui il a parlé des recharges Néo-surf, lui envoie un lien vers un article liant le système de carte prépayée à de nombreuses arnaques. L'épouse de Laurent se charge, par email, d'envoyer promener tous les arnaqueurs…

laurent_menace
Laurent menacé de 10 ans de prison !

La suite n'est pas meilleure

Par chance, l'adresse (et/ou le destinataire) mentionnée par la prétendue Carolle pour l'envoi du livre était erronée. Bpost a donc renvoyé le colis à Laurent, qui a laissé son bouquin sur la Coupe du Monde sur 2ememain.be.

"Mais j'ai continué à recevoir le même genre d'emails d'acheteurs intéressés. Chaque fois, les gens demandent de payer par chèque, ou ils demandent de l'argent, entre 50 et 250 €". Bref, l'annonce de Laurent attire visiblement les escrocs (voir encadré).

Pour cet habitant de Huy, les sites de seconde main, c'est terminé. "J'ai peur de me faire avoir à chaque fois, je n'ai plus confiance, je vais retirer l'objet de 2ememain.be".


De la prévention sur 2ememain.be

Ce n'est pas la première fois que nous évoquons des arnaques sur le très populaire site 2ememain.be. La situation est ambigüe: le site se veut "très simple, accessible et facile pour tout le monde", nous avait expliqué Petra Baeck il y a quelques mois, lors de la fameuse arnaque au perroquet: "notre site sert avant tout à mettre en relation acheteur et vendeur".

Cette facilité d'inscription et d'utilisation permet hélas à n'importe qui, y compris l'arnaqueur  de Laurent, de s'inscrire et de contacter un vendeur. Une adresse email suffit...

Sur "les 6 millions de visiteurs mensuels", 2ememain.be reçoit "en moyenne 100 plaintes par mois" signalant plus largement "un problème de transaction".

Pour le site, "même si chaque arnaque est une de trop, en terme de pourcentage, cette moyenne est relativement faible". Il n'y a pas eu de croissance du nombre de plaintes ces derniers mois.

La lutte contre les arnaques se concentre sur la prévention, à l'image de la longue rubrique d'aide, sur 2ememain.be. "Nous mettons constamment notre page d'aide et nos blogs à jour afin d'éduquer et d'informer au mieux nos visiteurs contre les pratiques frauduleuses", avait poursuivi Madame Baeck.

A cela s'ajoute "les nombreux e-mails que nous échangeons de manière journalière avec nos visiteurs pour les mettre en garde contre la fraude".

Pour seule sanction, le site de vente de seconde main appartenant à eBay supprime un vendeur signalé, "et collabore avec la police" le cas échéant. Mais il faut qu'il y ait une plainte, et surtout que la justice décide d'ouvrir une enquête, ce qui n'est jamais le cas pour des petites arnaques.

Si on comprend la position de 2ememain.be, on peut regretter qu'il n'y ait toujours pas d'identification poussée: pourquoi ne pas obliger le vendeur à s'inscrire avec un lecteur de carte d'identité ? Ou au moins avec une adresse postale vérifiée ?

 

 

 

 

Vos commentaires