En ce moment
 

Hakima Darhmouch dévoile les secrets de son mariage: "J'aurais pu me marier en jeans baskets!"

Hakima Darhmouch dévoile les secrets de son mariage:

La présentatrice du journal de 19 heures de RTL TVI se mariera ce samedi. Elle a accepté de lever un coin du voile sur ce grand jour !

Qui est l'heureux élu, tu peux nous en parler peu ?

Il s'agit d'Hugo Labye qui est directeur photo chez nous à RTL. Il travaille ici depuis un peu plus de 20 ans. On s'est longtemps côtoyé, on s'est fréquentés puis finalement, une histoire d'amour est née dans la maison RTL. Ça fait quelques années qu'on est en couple, on pensait au mariage depuis déjà deux bonnes années sans vraiment concrétiser la chose puis on s'est décidés à se marier il y a un mois et demi. Et puis en même temps, c'était une bonne occasion de faire une fête avec les personnes qui nous sont chères : d'abord nos familles puis nos amis, dont beaucoup font partie de la maison RTL.

Quel genre de mariage ce sera ?

Ce sera un mariage que je ne peux pas vraiment qualifier... Il y a aura le côté classique, mais qui reste toujours le moment symbolique, à savoir le "oui" devant le bourgmestre. Et après il y aura une fête, tout simplement !

Est-ce que tu porteras une robe blanche ?

Oui, je porterai une robe blanche.

Sans trop dévoiler de détail pour laisser la surprise, ce sera quel genre de tenue ?

En un mot, je dirais "sobriété". Pas de froufrous, pas de dentelle, pas de perles... Je suis assez sobre et naturelle dans la vie de tous les jours donc je vais rester sur cette voie. Je n'en dirai pas plus, sinon ce n'est plus une surprise pour les invités ! En fait, j'aurais pu me marier en jeans et baskets ! C'est une idée intéressante non ? Cassons les codes ! (rires)

Est-ce que te marier c'était un rêve d'enfant ?

Pas forcément. Quand on est petite fille, on se dit toutes qu'un jour on trouvera son prince charmant. Après, je n'ai pas vécu avec cette angoisse ou cette épée de Damoclès de me dire qu'un jour je devrai absolument me marier. Petite, je rêvais surtout d'une vie équilibrée et épanouissante. Et là, je suis heureuse et épanouie. Pouvoir me marier et sceller cette union, marquer l'engagement, c'est dans le juste ordre des choses.

Comment te sens-tu à quelques heures de ton mariage ?

Je suis stressée par les journalistes qui n'arrêtent pas de me téléphoner pour avoir des interviews (rires). J’aimerais consacrer ce temps à me détendre un petit peu. Je pense surtout que tous les mariés sont un peu stressés avant le jour J, mais là je suis dans le côté pratique du placement de table. Je ne pensais pas que ça allait être un casse-tête en fait, mais voilà, je suis dans l'organisationnel. Dans le même temps, j'ai voulu travailler dans l'urgence, je pense même que c'est une déformation professionnelle. À la rédaction, on travaille beaucoup dans l'urgence et organiser un mariage en un mois et demi c'est vraiment travailler dans l'urgence ! Et finalement c'est une philosophie de vie en fait. C'est marrant, mais je n’aurais pas pu organiser ce mariage en un an. J'aurais longtemps hésité, j'aurais changé d'avis tandis que là, en un mois et demi, on va droit à l'essentiel, les choix sont beaucoup plus clairs et donc ça me va très bien finalement. Ce métier m'a complètement transformée en fait.

En revanche, tu avais que ce soit discret et pas trop médiatisé ?

Je voulais même que ça ne soit pas du tout médiatisé, mais on vit dans un monde communication et en raison d'une fuite, l'info est parvenue à nos confrères de la Dernière Heure. Cela dit, ils ont été très respectueux, ils sont restés très soft, mais ils ont annoncé la nouvelle. J’aurais préféré qu'après le mariage, on le dise. Ça pourquoi pas, mais avant, il y a la crainte de voir les photographes débarquer. J’ai un peu peur que ça embête les personnes de notre entourage parce qu'elles n'ont pas demandé à être photographiées, reconnues ou dérangées dans un moment intime et familial. C’est tout simplement le respect de l'autre et je constate qu'il y a une certaine presse qui, encore ce matin (NDLR : Sud Presse), ne respecte pas la vie privée des gens. Voir la photo de mon futur mari dans la presse alors qu'il n'a absolument rien demandé, je trouve  ça limite dans la méthode. Ça ne gâchera pas la fête, notre fête, et celle de notre entourage. On n'est pas non plus en France non plus, d'ailleurs il y a une autre presse qui est très respectueuse, j'ai eu beaucoup de bons contacts avec les journalistes qui sont gentils, très sympathiques. Mis à part un journal en particulier, je n'ai rien à dire sur les autres journalistes qui sont irréprochables. Je suis juste un peu déçue de certaines méthodes utilisées par une certaine presse.


Vos commentaires