En ce moment
 

MotoGP: Olivier Jacque, dit "Tintin", met un terme à sa carrière

Après douze ans de carrière, Olivier Jacque, 33 ans, le dernier pilote français champion du monde motocycliste de vitesse, surnommé "Tintin", pour sa ressemblance avec le personnage d'Hergé, a décidé de mettre un terme à sa carrière.

Pilote intelligent, attaquant de panache, qui n'avait peur de rien en 250 cc mais qui n'a guère brillé en catégorie reine, Jacque restera dans les mémoires comme le champion qui gagna son titre lors du dernier tour de la dernière course de la saison 2000 en battant de dix-huit millièmes de seconde son coéquipier japonais Shinya Nakano à Phillip Island en Australie.

"Ce fut une année exceptionnelle, se souvient Hervé Poncharal, qui dirigeait l'écurie Yamaha Tech3, l'année de son titre. Il y avait un émulation très forte entre les deux pilotes qui se respectaient énormément. On a eu le titre constructeur, le titre par équipe et les deux pilotes ont été champion et vice-champion".

"J'avais récupéré Olivier en 1995, après son titre de vice-champion d'Europe derrière Régis Laconi, sur qui tout le monde se focalisait. Pour moi, Jacque était le plus impressionnant. C'était un vrai pur-sang sauvage. Il était sans guidon et sur une moto privée (Honda), il a fait des choses exceptionnelles. C'était le seul pilote capable, à l'époque, de tenir tête au grand Max Biaggi. Il termina la saison avec le titre de meilleur "rookie" (débutant) et de meilleur privé. En 1996, avec une moto officielle, il gagna son premier Grand Prix au Brésil", poursuit Poncharal.

Amoureux de la vitesse, prenant d'énormes risques, Jacque tomba et se blessa souvent d'où un palmarès limité à 7 victoires et 35 podiums en 136 Grands Prix qui en fait quand même l'un des meilleurs pilotes français.

Après avoir piloté pour Honda (1995-1998), puis pour Yamaha (1999-2003) et être monté en 500cc après son titre mondial en quart de litre, Jacque connu un année noire avec Morikawi en 2004, année où il ne disputa que deux courses. En 2005 Kawasaki l'appela pour remplacer Alex Hofmann, blessé et il obtint la 2e place à Shanghai, sous la pluie, derrière Valentino Rossi. Ce fut son seul podium en MotoGP.

Pilote d'essai en 2006 pour la marque verte pour laquelle il mis au point la nouvelle 800cc, il avait resigné cette année pour une saison complète. Las, les chutes à répétition ont douché son enthousiasme et ralenti la progression de l'équipe. Le cercueil commençait à se profiler derrière le lit d'hôpital et l'homme, bientôt papa, ayant mûri, il admit après une discussion avec le directeur de course de Kawasaki, qu'il valait mieux arrêter là, avant qu'il ne soit trop tard.

Mais la silhouette élancée de Jacque hantera encore le paddock jusqu'en 2008, puisqu'il reste pilote de développement pour Kawasaki. Il continuera à rouler après certains Grands Prix, ainsi qu'au Japon, pour pousser la Ninja ZX-RR à son meilleur niveau.

Vos commentaires